Bilan de l’hémostase

Print Friendly, PDF & Email

Le bilan de l’hémostase

 

La coagulation est un phénomène dynamique : 

1/ temps primaire : la formation du clou plaquettaire. Evalué par :

  1. le Temps de saignement (TS) à l’oreille, normalement inférieur à 4 mn 30 
  2. et la numération des plaquettes.

Certaines affections perturbent le temps de saignement, exemple : la maladie de Willebrand (anomalie plasmatique congénitale)  

2/ la formation du caillot (deux voies possibles):

= exploration de la « voie longue » ou extrinsèque : Temps de Quick ou Taux de prothrombine(TP ou Prothrombine Ratio en anglais, dont la norme est = 100%) impliquant les facteurs de coagulation suivants, appelés « complexe prothrombinique » = facteur 1 (fibrinogène), 2, 5, 7 et 10.

Il s’agit d’une expression en pourcentage du temps de Quick d’un groupe de patients normaux utilisés comme témoin, ce qui permet de minimiser les biais liés aux modes de mesure des laboratoires.

Dans la pratique médicale, l’INR (International Normalized Ratio), dérivé du taux de prothrombine, est souvent utilisé, en particulier pour adapter les doses d’antivitamineK (anticoagulant par voie orale).

L’INR n’a pas d’unité. Il est, par définition, indépendant du réactif utilisé, et plusieurs mesures successives, faites dans des laboratoires différents, peuvent être comparées entre elles sans problème.

Chez les personnes saines, l’INR a des valeurs se situant entre 0,8 et 1,2. Chez les personnes traitées par anticoagulants oraux, la valeur de l’INR souhaitée pour obtenir l’efficacité thérapeutique est le plus souvent de 2,5. L’intervalle toléré est compris entre 2 et 3, mais il s’étend parfois jusqu’à 4 voire 4,5 en cas de prothèse cardiaque ou de prévention des thromboses artérielles. 

= exploration de la « voie courte » : Temps de Céphaline activée  (Normalement inférieur au témoin + 35 secondes) ou Temps de Céphaline-Kaolin activée  (Normalement inférieur au témoin + 10 secondes) qui explorent les différents facteurs de la coagulation (2, 5, 8 – hémophilie A, 9 – hémophilie B, 10, 11, 12 et le fibrinogène).  

3/ la phase finale de la coagulation : dosage du fibrinogène, dont le taux est modifié en cas de cirrhose ou d’héparinisation.

Ces examens sont réalisés assez systématiquement avant toute chirurgie ou acte comportant un risque hémorragique.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Maladie de Verneuil

Print Friendly, PDF & Email

Maladie de Verneuil . Parmi les hidrosadénites, la maladie de Verneuil se caractérise par des lésions nodulaires, inflammatoires et douloureuses des grands plis (aisselles, aines)

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils