Print Friendly, PDF & Email
La plupart des études identifient 3 troubles psychiatriques du post-partum : le blues du post-partum, la dépression du post-partum et la psychose du post-partum.

.

A – Le blues du post-partum est une période autolimitée d’humeur instable et s’améliore généralement au cours des premières semaines du post-partum sans traitement. Il est détecté chez 39% à 85% des femmes après l’accouchement

.

B – Les manifestations cliniques de la dépression post-partum comprennent des troubles du sommeil, des sautes d’humeur, un changement d’appétit, la peur de nuire au bébé, une inquiétude extrêmes pour le bébé, de la tristesse, des pleurs excessifs, des sentiments de culpabilité et d’impuissance, des difficultés de concentration et des troubles de la mémoire, une perte d’intérêt pour les activités quotidiennes et pensées de mort récurrentes, qui peuvent inclure des idées suicidaires. Elle touche 10 à 15 % des nouvelles mères. 

.

C – La psychose post-partum est une maladie rare mais grave qui survient chez 1 à 2 femmes sur 1000 dans les 2 jours à 4 semaines suivant l’accouchement. Il a été suggéré qu’il s’agit d’une présentation manifeste de trouble bipolaire, programmée pour coïncider avec des changements hormonaux après l’accouchement. La psychose post-partum a des conséquences durables pour la mère et l’enfant. Outre la dépression, les troubles du sommeil et de l’alimentation, l’épuisement, le retrait social et l’anxiété, la dépression post-partum peut également interférer avec les liens normaux mère-enfant et nuire au développement de l’enfant.

.

Des rapports récents montrent que la plupart des femmes enceintes touchées hésitent à prendre des antidépresseurs, un pourcentage élevé interrompant leur utilisation. La réticence des femmes enceintes à prendre des antidépresseurs devrait encourager les cliniciens à discuter avec leurs patients de l’utilisation d’interventions psychologiques et d’autres formes de traitement – luminothérapie, massothérapie, supplémentation en acides gras oméga-3 et l’une de ces méthodes devrait être l’homéopathie !

.

Dans cet article, un cas de dépression post-partum sévère, traité avec succès par un traitement homéopathique, est présenté. .

.

Une étudiante en médecine primipare de 25 ans, au 14e jour du post-partum a été admise à la clinique psychiatrique du département des neurosciences de l’hôpital d’urgence du comté de Cluj-Napoca, en Roumanie, avec des symptômes psychopathologiques dominés par une agitation psychomotrice, un comportement désorganisé, un délire hallucinatoire, soliloque, dissociation idéo-verbale et agressivité.

La patiente a eu un premier épisode à l’âge de 17 ans, lorsqu’elle a bien répondu au traitement antipsychotique et antidépresseur. Le traitement a été arrêté 2 ans plus tard, et un deuxième épisode s’est produit 18 mois plus tard. Elle a suivi le traitement indiqué pendant encore 3 ans.

.

A l’âge de 23 ans, elle s’est mariée et tomba enceinte un an après. Sa grossesse s’est déroulée normalement, à par un besoin irrépressible de sommeil. A son admission, elle présentait un regard fixe, fuyant, une mimique et des gestes pauvres et des hallucinations visuelles et olfactives, une labilité émotionnelle sur fond d’idées paranoïdes et d’insomnie.

.

L’évaluation clinique à l’entrée, les études de laboratoire et une tomodensitométrie cérébrale, étaient normales. La patiente a obtenu un score de 24/30 sur l’Échelle de dépression postnatale d’Édimbourg, une échelle d’auto-évaluation de 10 items (notée de 0 à 3) conçue pour identifier les femmes présentant des symptômes dépressifs (score seuil pour identifier une femme comme étant dépressive :  13) ; aux 3 sous-échelles de l’échelle du syndrome positif et négatif utilisée pour évaluer l’intensité des symptômes de la schizophrénie, elle a obtenu les scores suivants : score à l’échelle positive, 39/49 ; Score d’échelle négative, 42/49 ; Échelle de psychopathologie générale, 72/16-112 ; elle a obtenu un score de 45/100 sur l’échelle d’évaluation globale de la fonctionnalité, une échelle numérique utilisée pour évaluer subjectivement le fonctionnement social, professionnel et psychologique des adultes ; et 6/7 sur l’échelle « Clinical Global Impression ».

.

Le traitement a été initié par halopéridol (10 mg/jour), olanzapine (20 mg/jour) et diazépam (30 mg/jour) et maintenu pendant les 8 jours d’hospitalisation dans le service. En raison de la dépression persistante, une thérapie par électrochocs a été proposée, mais rejetée par la patiente et sa famille, qui ont opté pour un traitement homéopathique. A leur demande, la patiente est sortie sous sa propre responsabilité.

.

Un traitement homéopathique a donc été initié, à l’aide d’ Agnus Castus 30 CH, quelques granules en sublingual deux fois par jour. Agnus castus (également connu sous le nom de gattilier, baume d’Abraham, gattilier lilas et poivre des moines) est un arbre originaire de la région méditerranéenne, fréquemment utilisé en homéopathie pour traiter les états dépressifs avec pensées suicidaires.

Les 2 premiers jours de traitement ont été caractérisés par une réaction de sommeil prolongée, le patient ne se réveillant que pour manger. Dès le troisième jour, une amélioration impressionnante a été observée dans laquelle l’agitation psychomotrice, les hallucinations, les bavardages et les troubles du comportement ont disparu. Le troisième jour a également été caractérisé par la disparition de tous les autres symptômes psychiatriques : manie de persécution, hallucinations et agitation psychomotrice.

Une légère somnolence et une désorientation temporelle et spatiale pouvaient encore être observées. A partir du cinquième jour, elle a recommencé à allaiter son bébé. Trois semaines après le début du traitement, tous les symptômes avaient disparu et le traitement a été arrêté. Sa réinsertion sociale et familiale était complète après environ 2 semaines.

.

Après 4 semaines de traitement, elle a obtenu 10 sur l’échelle de dépression postnatale d’Édimbourg. Sur les 3 sous-échelles de l’échelle du syndrome positif et négatif, elle a obtenu les scores suivants : score à l’échelle positive, 14 ; Score d’échelle négative, 17 ; et échelle de psychopathologie générale, 35. Elle a obtenu 80 sur l’échelle d’évaluation globale de la fonctionnalité et 2 sur l’échelle d’impression clinique globale.

Aujourd’hui, 9 mois après l’hospitalisation et 8 mois après l’arrêt du traitement, la patiente ne se plaint plus, malgré une période de stress lorsqu’elle a passé son examen de licence médicale, au cours duquel elle a obtenu une note élevée. Elle profite actuellement d’une deuxième grossesse sans problème !

Conclusion:

Le pr. Vithoulkas a décrit en 2008 qu’Agnus castus était un remède qui pourrait être approprié pour traiter la dépression post-partum.

L’amélioration spectaculaire de l’état du patient avec l’utilisation de médicaments homéopathiques a été corroborée par tous les paramètres évalués par les 3 échelles utilisées en routine à la fois dans ce service et dans ce cas. Comme prévu en médecine homéopathique, aucun effet secondaire n’a été observé. Malgré la période stressante qui a suivi le traitement (nouvelle maternité et préparation à l’examen de final) et l’absence de toute médication conventionnelle, aucune rechute n’est survenue.

.

Ref. Vithoulkas, G . Matière Médicale Viva. Ulrich Burgdorf Verlag. Göttingen ; 1991 : 125-133.

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils