Print Friendly, PDF & Email

Cisplatinum

.

Le Cisplatine est un cytostatique complexe non organique à base de platine, dont l’activité anti tumorale a été mise en évidence pour la première fois en 1969 par B. Rosenberg et ses collaborateurs. Il constitue une nouvelle classe originale d’agents cytostatiques. C’est un complexe constitué par un atome central de platine lié à deux atomes de chlore et à deux radicaux ammonium en position cis dans le plan horizontal.

.

                                              (NH3)2 – Pt 2 – Cl 2

.

Il est intéressant de noter que la structure chimique du cisplatine (en particulier les deux atomes labiles de chlore en position cis) rappelle celle des agents alcoylants type moutarde à l’azote. 

.

Son activité antitumorale est puissante et à large spectre, observée sur des tumeurs solides localisées ou disséminées, à croissance rapide ou lente (Connors T.A. 1971). De nombreuses synergies thérapeutiques entre le cisplatine et différents cytostatiques ont été mises en évidence.

.

La distribution tissulaire est rapide puisque moins de 10 % de la quantité administrée sont présents dans le sang à la première heure (Hill J. M. et coll., 1975). L’élimination urinaire est d’abord rapide puis lente et incomplète : 27 à 45 % seulement sont retrouvés dans les cinq premiers jours (De Conti R.C. et coll., 1973). Une fraction importante de cisplatine s’accumule de façon prolongée dans les tissus : la 1/2 vie tissulaire est de 8 à 10 jours (Smith P.H. et coll., 1974). Un des effets secondaires le plus souvent observé est l’insensibilité, plus ou moins douloureuse de la plante des pieds et des mains (sorte de polynévrite toxique).

.

Expérimentation Homéopathique

.

Ce travail expérimental selon la méthodologie indiquée par S. Hahnemann, représente la 18 ème pathogénésie réalisée par O.A. Julian (réalisé peu avant son décès, en 1984). Elle a débuté en mai 1981 jusqu’en septembre 1982. L’expérimentation a été réalisée sur 34 sujets dont 24 hommes et 10 femmes. Les dynamisations du cisplatine ont été faites avec la 30 CH, la 7 CH, la 3 CH et le placebo.

.

.

Les principaux symptômes que nous avons retenus (proches d’Aurum et de Nitricum acidum) sont :

.

Comportement : Sujet survolté, énervé, agité 

Ne peut rester en place, avec un état d’irritabilité générale 

Période de fatigue avec envie de ne rien faire 

Léger état de déprime, de désintéressement pour toute chose 

Perturbation de la mémoire – difficile de se concentrer – oublis des faits récents 

Excitation verbale dans la soirée.

Peau : Rosacée. Urticaire. Eruptions maculo-papuleuses. Perte de cheveux par plaques 

.

Neurologie : Hyperesthésie cutanée.

Crampes face inférieure des pieds survenant surtout en position couchée et pire par le mouvement

Myalgies, contracture musculaire du cou et du haut des épaules.

.

Source : http://www.homeoint.org/seror/pathojulian/cisplat.htm

Docteur Othon André Julian : Revue Belge d’ Homéopathie, mars 1983, N° 1, pages 7 à 21.

 

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils