Print Friendly, PDF & Email

Exemples de questions d’examen d’homéopathie FFMI et FRH  2ème année :

.

  1. Citez 3 symptômes caractéristiques de MERCURIUS SOLUBILIS ?
  2. Quelle est la caractéristique générale des modalités d’aggravation des Mercures
  3. Décrivez en une phrase l’action générale de PLUMBUM
  4. Quels sont les principaux symptômes de BARYTA CARBONICA
  5. Les acides sont la décompensation de tous les polycrests : décrivez quelques unes de ces relations (ex.: Causticum –> Nitricum acidum)
  6. De quel animal est issu CALCAREA CARBONICA ?
  7. Quel est le remède « empereur » de la Sycose ?
  8. Citez 5 « stock-nosodes »et quel est le plus important à votre avis ?
  9. Comment définissez-vous et comment notez-vous une 30e Hahnemannienne ?
  10. A quel pourcentage correspond une 15CH ? ( donnez votre réponse en % ou sous forme de fraction)
  11. Citez trois avantages de la répertorisation homéopathique
  12. Sur quelle technique de calcul est basée la répertorisation homéopathique ?
  13. Citez trois inconvénients de la répertorisation homéopathique
  14. Selon KOLLITSCH, à quel groupe de remèdes appartient PHYTOLACCA ?
  15. Selon KOLLITSCH, à quel groupe de remèdes appartient RUMEX CRISPUS ?
  16. Quelles sont les propriétés générales des sels de SCHÜSSLER ?
  17. Citez, dans l’ordre des « contrôles » (ou « cycle KO » de la MTC), les cinq pôles organiques en commençant par celui de votre choix
  18. Selon KOLLITSCH, à quel groupe de remèdes appartient CYCLAMEN ?
  19. Citer, selon KOLLITSCH, trois remèdes du groupe du BARYUM [Ba] (un seul sel de Baryum autorisé)
  20. Citez 5 remèdes de Heel avec la (ou les) phases auxquels ils se rapportent
  21. Citez 5 remèdes de Heel utiles dans les phénomènes infectieux
  22. Citez les principaux symptômes observables en phase 4 de Reckeweg (imprégnation)
  23. Quel est la cible organique des complexes Reckeweg n° 5 / 7 / 37 / 52 / 72 ?
  24. Citez les différents CHU utilisables en situation infectieuse
  25. Certains remèdes du laboratoire Reckeweg ont un excellent effet au niveau vasculaire : citez-en trois et dites pourquoi
  26. Pouvez-vous expliquer ce qu’est le « cycle cytotrophique » et la différence d’effets entre l’organo et la sérothérapie
  27. Selon R. Steiner, qu’est-ce que la quadripartition structurelle et la tripartition fonctionnelle
  28. Parmi les préconisations de R. Steiner concernant l’utilisation du viscum album fermenté et ultra centrifugé, l’arbre porteur a son importance. Quand utilisez-vous préférentiellement le Gui de chêne, d’orme ou de pin ?
  29. Les dysmorphies de racine, de tronc, de feuilles et de fleurs sont en relations avec quelles polarités de potentiel thérapeutique chez l’homme ?
  30. Citer quelques remèdes « X..doron » du laboratoire Weleda et leurs indications principales
  31. Qu’est-ce qu’un « métal végétabilisé » ? donnez quelques exemples
  32. Quel est le mécanisme et la polarité organique des principaux remèdes gazeux ?
  33. Quels sont les trois cas de contre-indication d’une organothérapie ?
  34. Vers quel but tend chaque être humain au cours des différentes étapes de son développement, comment faire pour y arriver ?

  35. Quels sont les trois remèdes utilisés préférentiellement pour le mal des transports ?
  36. Cas clinique : une patient obèse, migraineuse et constipée présente un eczéma des pieds. Les lésions sont étendues, croûteuses et gluantes … remède(s) ?
  37. Cas clinique : propose un ou plusieurs remèdes et justifiez-vous …

Un homme de 66 ans, de taille moyenne et d’apparence mince se rend au cabinet homéopathique. Il donne une impression peu soignée, a beaucoup de pellicules sur sa veste et sent la fumée de cigarette. Son visage est d’un rouge foncé et il porte ses cheveux bruns longs et peignés en arrière.

Monsieur P. se présente au cabinet pour une hypertension artérielle. Le médicament prescrit par le médecin de famille a eu des effets secondaires désagréables et il voudrait bien au moins réduire la dose, et cherche une thérapie de soutien ou une alternative. Sa partenaire lui a recommandé un traitement homéopathique.

Il se plaint rarement de symptômes d’hypertension, sauf lorsqu’il se penche. Cela lui donne des vertiges car le sang lui monte à la tête. Sans traitement, il avait eu des valeurs systoliques supérieures à 200. Cependant, il craint les maladies cardiaques, il est donc important de traiter sa tension artérielle, lui a dit son médecin de famille.

En outre, il souffre parfois d’un enrouement et d’une sensation constante de sécheresse dans la bouche, qui existe depuis l’opération d’un carcinome de la langue avec résection partielle il y a 6 ans. Par conséquent, il est toujours en train de boire pour humidifier sa langue et son palais. S’il boit trop peu, il ressent la langue comme un corps étranger séché dans la bouche, très dur et difficile à bouger, « comme un morceau de vieux cuir », dit-il de manière impressionné

Le patient estime que son état général s’est détérioré depuis qu’il a cessé de travailler il y a deux ans et qu’il a pris sa retraite un an plus tôt, ce que son employeur lui a demandé de faire. Il a ressenti cela comme un licenciement et ça a été pour lui d’un « foutu déshonneur », une atteinte à sa dignité. C’est un miracle qu’il ne se soit pas emporté contre son patron (« un tel glandeur de bureau »). « Mais il a déjà eu l’occasion d’entendre mon opinion. » (Monsieur P. a prononcé des jurons très durs).

Depuis lors, il est constamment assailli par quelque chose, et une vie sans douleur et sans plaintes diverses est presque inimaginable. Depuis, il lui manque une activité, des défis obligatoires, un emploi en général et surtout de la reconnaissance. Son dernier emploi était celui de concierge dans une école et il l’appréciait.

Il ne s’est calmé qu’après avoir rencontré sa nouvelle compagne (beaucoup plus jeune) il y a environ 12 ans. Avant, il appartenait à la minorité des gens du voyage et se déplaçait beaucoup. « Nous n’étions appréciés nulle part et nous avons déménagé d’un endroit à l’autre. »

Il n’a pas eu une enfance heureuse, il a été beaucoup battu par son beau-père. Son père naturel s’est « enfui » en Orient. La dernière fois qu’il l’a vu, c’était à l’âge de 7 ans. Il a appris bien plus tard qu’il était mort dans les Grisons dans des circonstances peu claires et qu’il y était enterré. Parfois, il se rend sur la tombe de son père avec une bouteille de cognac et trinque avec lui … « Bien qu’ensuite je doive la boire tout seul... ».

L’école n’était pas non plus un endroit pour lui, il était souvent renvoyé parce qu’il était très colérique et se battait souvent. Il n’a donc pas de véritable diplôme, il a appris seul à lire et à écrire, une formation professionnelle n’a pas été possible. Mais il a toujours été bricoleur et s’est débrouillé avec des petits boulots.

Le premier mariage s’est brisé après que sa femme l’ait trompé. « Mais le type l’a regretté, je l’ai fait passer par la fenêtre, au deuxième étage, il ne peut plus marcher. » Après cela, ce n’était pas la première fois qu’il a été en prison pour des blessures corporelles. Il a dû purger sa première peine de prison à l’âge de 20 ans, après avoir enfoncé une fourche dans le derrière de son beau-père qu’il détestait.

Une autre fois il a été enfermé, après qu’il eu tabassé 5 policiers dont un chien, à l’occasion d’un contrôle de police pour excès de vitesse. Il peut entrer dans une colère noire s’il sent que son honneur a été compromis. « Si un homme n’a pas d’honneur, il ne vaut rien.« 

En revanche, il a une relation forte avec la musique, aime écouter de la musique tzigane et joue lui-même de l’harmonica. Il le sort de sa poche et en donne un petit échantillon dans le cabinet. Il a quelques bons copains avec qui il « boit et joue de la musique » souvent. La bonne musique peut tout simplement le rendre très heureux.

Son plus grand amour est un coupé Mercedes gris métallisé de 28 ans d’âge, soigneusement entretenue. Il aimerait mourir dans cette voiture le moment venu, de préférence à grande vitesse. Même s’il ne va pas bien en ce moment, il n’a pas de pensées suicidaires. Toutefois, il l’imagine de temps en temps, « au cas où le cancer frapperait à nouveau, par exemple ». Il n’est pas vraiment religieux, mais il prie régulièrement la Vierge noire, qui est vénérée par les gens du voyage : « Cela ne peut pas faire de mal« .

Il se décrit comme un mélancolique. Probablement à cause de son père qui l’a abandonné. (Il a souvent les larmes aux yeux lorsqu’il parle de son père biologique). Mais on peut aussi beaucoup s’amuser avec lui. En tout cas, sa compagne serait heureuse avec lui.

Quant à ses habitudes alimentaires, il exprime une très forte envie de viande, qui a toujours existé, sinon il est « omnivore ». Mais tout devait être bien assaisonné et vraiment épicé. Il est moins friand de sucreries. Il n’a aucune intolérance ou allergie. Il boit régulièrement de l’alcool, 2 à 3 bouteilles de bière et une demi-bouteille de vin rouge par jour. La digestion ne se fait pas ressentir.

Le sommeil est généralement bon (« le coït est encore meilleur » dit-il !), mais il se réveille très souvent la nuit avec des érections et peut alors se souvenir de rêves érotiques. Enfant, il a longtemps fait pipi au lit, une raison pour son beau-père de lui donner régulièrement une raclée.

Depuis qu’il a arrêté de travailler, des problèmes de prostate se sont également installés. Le médecin de famille a diagnostiqué une prostatite chronique avec hypertrophie bénigne et lui a prescrit un médicament à base de plantes, qu’il n’a pris que durant un certain temps. Les plaintes se sont manifestées par une douleur constante diffuse dans la zone périnéale, ainsi que par une rétention urinaire douloureuse lorsqu’il était exposé au froid. Ensuite, il a besoin d’un long moment sur les toilettes, car l’urine ne vient qu’en goutte à goutte.

Il a déjà eu à deux reprises une épididymite, qu’il a dû faire traiter par des antibiotiques. Il a également été hospitalisé il y a quelques années pour une pancréatite. À l’âge de 58 ans, il a dû subir une opération en raison de hernies inguinales bilatérales. Il ne se laissait jamais aller et soulevait toujours des choses lourdes.

Il souffre toujours de pieds froids, en été comme en hiver, le pire étant la nuit au lit. Il a une forte aversion pour l’hiver. « Nous avons souvent gelé dans le passé. » Il avait souvent des engelures aux orteils quand il était jeune. La nuit, il ressent souvent des douleurs déchirantes dans ses orteils, au plus profond de ses os.

Le froid ne lui convient généralement pas du tout ; la chaleur, en revanche, est toujours bénéfique, surtout en ce qui concerne les troubles musculo-squelettiques.

On sait peu de choses sur l’histoire de la famille. La mère avait toujours été en bonne santé, mais elle est décédée l’année dernière dans une maison de retraite, probablement d’une insuffisance cardiaque.

.

.

Questions de Botanique et de phyto-aromathérapie : voir le fichier spécifique !

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils