Incontinence urinaire

Print Friendly, PDF & Email

   Les incontinences urinaires (IU)

19% des femmes souffriraient d’incontinence d’effort et 17% d’hyperactivité vésicale, les deux principales causes d’incontinence urinaire. Mais l’incontinence d’effort touche aussi les hommes, notamment après une prostatectomie et près de 16% des hommes de tous âges souffrent d’hyperactivité vésicale. Enfin, l’incontinence urinaire concerne aussi une très grande partie des patients atteints de maladies neurologiques comme la sclérose en plaques, ou des blessés médullaires. Ainsi 30% des lits gériatriques (où 25% des incontinences urinaires s’accompagnent d’incontinence anale).

L’interrogatoire recherchera une pollakiurie (mictions fréquentes avec besoins impérieux). L’examen de la statique pelvienne et du périnée sont indispensables (déséquilibre entre les forces de poussée et de retenue), un bilan urodynamique peut être nécessaire. Les traitements sont pharmacologiques (anticholinergiques et oestrogènes), kinésithérapiques et/ou chirurgicaux.

1 – IU d’effort (45% des cas – vide de Qi) … fuites survenant à l’effort, peu abondante, non liée à la réplétion vésicale, lors d’épisodes de toux, de rire, à la levée de poids, ce qui oblige la patiente à se garnir pour sortir.

Deux mécanismes peuvent être incriminés :

  • une hypotonie sphinctérienne (pression de clôture inf. à 30 cm d’eau),
  • une cervico-cystoptose (95% de cystocèle + 35% de rectocèle + 25% d’hystéoptose)

Aucun autre trouble mictionnel n’est mis en évidence à l’interrogatoire. Traitement en première intention = la rééducation pelvienne qui guérit 30% des incontinences et améliore les autres. En cas d’échec ou de fuites sévères, on propose une cervicostopexie qui guérit 70% des cas restants (voie haute = femme jeune / voie basse = femme plus âgée).

  • Argentum nitricum … avec ténesme vésical
  • Sepia, Helonias (mg) ou Lilium tigrinum (mg) … sur un prolapsus ?
  • Mais aussi : Arnica (hg), Causticum ++, Magnesia carb., Natrum muriaticum, , Phosphorus, Pulsatilla, Rhus tox. …

SOLIDAGO COMPOSITUM (Argentum nitricum / Colibacillinum / Solidago / Terebenthina …)

HEPAR COMPOSITUM … car c’est le Foie qui gère le tendino-musculaire !

2 – IU par impétuosité vésicale (20%) … pollakiurie (envies impérieuses diurnes et nocturnes) et fuites urinaires sans facteurs déclenchants, aucune trace d’infection urinaire n’est présente. La cause habituelle est un obstacle sur les voies urinaires (adénome prostatique chez l’homme, fibrome ou cancer utérin chez la femme), mais ce symptôme peut aussi être la manifestation d’une affection neurologique centrale (accident vasculaire cérébral, myélopathie). IU mixte (effort + impétuosité) = 20%.

  • Opium (ba) … après anesthésie ou prise de neuroleptiques
  • Petroleum (ch) … avec eczéma ou lithiase
  • Mais aussi : Bismuthum (as), Coffea, Conium (au), Gelsemium (mn), Lycopodium, Staphysagria (na)…

PLANTAGO-HOMACCORD (Belladonna / Ignatia / Plantago D2/D10/D15/D200)

3 – IU par lésion sphinctérienne (15%) … incontinence urinaire invalidante au moindre effort, sur fréquents antécédents de chirurgie (ou radiothérapie) pelvienne (atteinte des muscles releveurs). Traitement par une fronde sous-urétrale ou un sphincter artificiel.

  • Aletris farinosa (mg) … bearing-down et cystocoele
  • Hyosciamus (ca) … après accouchement laborieux
  • Muriaticum acid. … miction involontaire après la selle
  • Viburnum opulus (mg) … sensation que l’urine continue à couler après la miction.

RENEEL (Alumina / Berberis / Cantharis / Causticum / Nitricum acid./ Pareira brava / Sabal serrul.)

 

Pour muscler le périnée, il faut pratiquer les exercices de Kegel.

Pour apprendre à faire ces exercices, il faut commencer à les pratiquer couché sur le dos, les genoux légèrement repliés et écartés à la largeur du bassin. Dans un second temps, quand le mouvement sera bien maîtrisé, on pourra les faire assis, puis debout. On procède en 3 étapes :

  • Contracter les muscles qui permettent de « retenir » l’urine ou les selles sans contracter les muscles du ventre et des fesses. Il faut sentir une contraction autour du vagin ou du pénis.
  • Maintenir cette contraction 5 à 10 secondes en respirant calmement
  • Relâcher la contraction 5 à 10 secondes.

Ces exercices sont à répéter 20 fois, 3 fois par jour. C’est donc contraignant. Mais c’est efficace : entre 40 % et 75 % des femmes qui y recourent notent une amélioration de leur contrôle urinaire.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Vessie hyperactive ?

Print Friendly, PDF & Email

Vessie hyperactive ? . Vous avez envie d’uriner, mais une envie somme toute modérée, maîtrisable ; et d’ailleurs vous rentrez chez vous tranquillement, en vitesse

En savoir plus »

Maladie de Verneuil

Print Friendly, PDF & Email

Maladie de Verneuil . Parmi les hidrosadénites, la maladie de Verneuil se caractérise par des lésions nodulaires, inflammatoires et douloureuses des grands plis (aisselles, aines)

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils