La CHLORELLA

Le monde des microalgues ...
Print Friendly, PDF & Email

Les cyanobactéries et les microalgues sont deux organismes différents d’un point de vue biologique, puisque les premières sont procaryotes et les autres eucaryotes, mais toutes deux sont des micro-organismes photosynthétiques. Les microalgues ont été parmi les premières espèces présentes sur Terre ; on parle de 4 milliards d’années. Les applications industrielles des microalgues sont aujourd’hui l’aquaculture, les compléments alimentaires et les cosmétiques. Quel avenir pour les microalgues ? Avec leur nombre gigantesque et leur extrême diversité biologique, les microalgues offrent un éventail impressionnant pour effectuer des synthèses chimiques de produits qui peuvent intéresser l’humanité.

.

La CHLORELLA

.

La chlorelle (Chlorella pyrenoidosa, Chlorella vulgaris) est une algue verte (chloro-phycophyte) microscopique d’eau douce de la classe des Chlorophycées. Cette algue sphérique mesure entre 2 et 8 microns (à peu près le même diamètre qu’un globule blanc). Elle possède un noyau bien spécifique et une membrane cellulosique. Elle a été découverte en 1890 par un biologiste hollandais, Beijerinck. Son utilisation comme substitut alimentaire fut tentée à plusieurs reprises par les allemands lors de la première et de la seconde guerre mondiale par un microbiologiste allemand, Hardner Lindner, qui dut constater amèrement qu’elle était difficilement digestible.

.

Chlorela

.

Après la guerre, le Japon décide d’utiliser la chlorelle comme source de protéines pour nourrir sa population et la déclare d’intérêt national. En 1957, un institut de recherche sur la chlorelle est crée pour étudier la meilleure façon d’exploiter cette algue. Dans les premières années, les japonais incorporèrent la chlorelle aux aliments de base : boissons, gâteaux et même lait en poudre (distribué dans les écoles et dans l’armée).

.

Les premières recherches médicales sur la chlorelle, avaient montré ses effets bénéfiques sur la flore intestinale, car elle stimulait la croissance des lactobacilles. 25 ans plus tard (1970) les chercheurs découvrent un procédé permettant d’éclater sa membrane cellulaire, la rendant ainsi digeste à 80 %. Il est malheureusement difficile de savoir quel procédé exact fut utilisé pour faire éclater la membrane. C’est pourtant cette membrane cellulaire qui a la faculté de fixer les métaux lourds, et c’est précisément parce que la chlorelle n’est pas digeste que le rejet de ces métaux lourds peut ensuite s’effectuer par les voies naturelles. Il y aurait donc deux façons d’utiliser la chlorelle. L’une dans un cadre alimentaire ou elle demande à être prédigérée par éclatement de sa membrane, l’autre dans un cadre de thérapie détoxiquante (notamment des métaux lourds) qui réclame de ne pas toucher à sa membrane.

.

Sur le marché la chlorelle est vendue en poudre en vrac ou en gélules. Aucune mention ne précise si la membrane à été éclatée ou non. On peut soupçonner une mise en poudre telle quelle, car l’opération qui consiste à éclater la membrane est complexe et coûteuse.

.

COMPOSITION : Elle est particulièrement riche en protéines (50%) en acides gras essentiels et en sels minéraux (Mn, Cuivre, Fer, Magnésium, Zinc) ainsi qu’en vitamine D. Elle possède une membrane particulière à trois couches de cellulose et de chitine (composant de l’exosquelette des crustacés) : cette paroi possède de grandes propriétés absorbantes vis-à-vis des toxines organiques comme la dioxine, les métaux lourds (mercure, cadmium et plomb), les pesticides et toxines diverses.

.

Chlorella Growth Factor (CGF) est le facteur de croissance de la chlorelle ; celle-ci favorise la reproduction cellulaire (cellules saines non cancérigènes) de manière très rapide : toutes les 24 heures, chaque cellule mère se devise en quatre cellules filles. Ce complexe CGF est formé de vitamines, d’acides aminés et de nucléotides d’ADN et d’ARN. Il aurait un effet pré- biotique favorable à la santé de la flore intestinale. Il participe à l’augmentation des lymphocytes T (système immunitaire), des globules rouges et des cellules saines de l’organisme.

.

Analyse comparée :

.

IMG_3007

.

Proche :

La DUNALIELLE

Algue verte unicellulaire des marais salants, riche en vitamine A (jusqu’à 14% de son poids), vitamine E et biotine. Elle est utilisée pour ses propriétés anti-oxydantes (anti-inflammatoires) et la protection de la peau et de la vision.

.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Blennorragie

Print Friendly, PDF & Email

Blennorragie La gonorrhée, ou blennorragie, est une infection sexuellement transmissible (IST/MST) causée par une bactérie appelée « Neisseria gonorrhoeae », autrement connue sous le nom

En savoir plus »

Maladie de Verneuil

Print Friendly, PDF & Email

Maladie de Verneuil . Parmi les hidrosadénites, la maladie de Verneuil se caractérise par des lésions nodulaires, inflammatoires et douloureuses des grands plis (aisselles, aines)

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils