Print Friendly, PDF & Email

La sympathicothérapie ou nasosympathicothérapie (NST)

.

Comme son nom l’indique, la sympathicothérapie agit sur le système nerveux sympathique. C’est-à-dire sur le système nerveux autonome, involontaire que notre volonté ne peut commander. Historiquement développée par les dr. KLOTZ-GUERARD (1920) et ASUERO. Ravivé peu avant 1950, par le Docteur Gillet qui en avait fait sa thérapie première à Monte Carlo, la sympathicothérapie n’a pas cessé de progresser dans les cabinets de thérapeutique énergétique.

.

Méthode réflexe simple de décongestion faciale et de rééquilibration neuro-végétative, elle se pratique à l’aide de stylets stériles (et contrôle au pouls – RAC), le patient allongé, les mains sur les fesses.

.

Rappels : le massif facial est une pyramide tronquée (de 8cm environ d’avant en arrière), avec :

— A son sommet le bulbe olfactif (1ère paire crânienne)

— En avant les orifices nasaux

— En arrière, derrière l’os sphénoïdal, l’hypophyse

— Sur les côtés, 3 cornets superposés (renflements chargés de réchauffer humidifier et d’homogénéiser l’air inspiré)

.

.

Physiologie : le cycle nasal est une période de 2 heures environ, de déplacement d’une narine sur l’autre des fonctions vasomotrices et sécrétoires.

.

Principe du traitement :

1/ Sinusites (on peut mettre une goutte d’HE diluée à 10% au bout du stylet). Les zones à stimuler sont différentes selon le type de sinusite :

–> Ethmoïdale, à face externe orbitaire, face supérieure frontale et face postérieure sphénoïdienne (douleur en « pince-nez ») = sous le cornet moyen, au fond (méridien Foie)

–> Sphénoïdale (« poubelle de l’hypophyse »: malaise en se penchant en avant) = sous le cornet supérieur, au fond (méridien Vessie)

–> Frontale (se voit bien à la radio, se draine bien) = sous le cornet moyen, en avant (méridien VB)

–> Maxillaire = sur le cornet moyen, au milieu (méridien Estomac).

2/ les autres cavités de la face :

–> Méat de la trompe d’Eustache = extrémité postérieure du cornet inférieur

–> Méat lacrymal = extrémité antérieure du cornet inférieur

.

naso1 stylets en place …
.

Les stress qui nous parviennent sont interprétés et gérés par notre système neuro-végétatif (système nerveux autonome). Lorsque la situation conflictuelle devient trop intense, cette gestion  » à l’amiable  » n’est plus possible, et le système neurovégétatif  » disjoncte « . Cela entraîne très fréquemment des maladies physiques dites « de somatisation », c’est-à-dire que le corps transforme la difficulté nerveuse en réel problème physique : en maladie réelle. Grâce à la sympathicothérapie, il est possible d’agir sur les systèmes cardio-vasculaire, digestif, sur les troubles alimentaires, sur l’anxiété, l’angoisse, l’insomnie, la spasmophilie, la déprime, les troubles de la libido, etc…

.

blank

.

La technique peut paraître « simplette », mais elle se révèle terriblement efficace. Elle consiste à utiliser le conduit creux qu’est le nez pour déposer au bon endroit quelques gouttes d’un mélange d’huiles essentielles, mais aussi d’oligoéléments ou de faisceaux lumineux. Comme pour toute technique réflexologique, il existe une cartographie de l’intérieur des fosses nasales. Les huiles sont déposées délicatement à l’aide de petits stylets très fins, stériles et non traumatisants. L’effet est rapide, les résultats ne se font pas attendre.

.

naso2  cartographie des fosses nasales

.

Les fosses nasales, tout comme l’oeil ou les oreilles, ont leur  propre cartographie. La sympathicothérapie est une technique qui devrait être plus souvent pratiquée. En plongeant les stylets dans une solution d’eau florales, on agit spécifiquement. Celles-ci  sont : anti-sinusites, anti-stress, anti-allergies, anti-tabac, traitement ménopause. Au delà du parfum des huiles, très agréable, le bien-être est quasi immédiat.

.

On peut les utiliser pour la relance de l’équilibre hormonal et sympathique, traitement des névralgies faciales : On applique le stylet jusqu’à l’os sphénoïdal, au niveau du cornet moyen, puis on le retire doucement, tige en position externe (on évite la tache vasculaire), en stimulant la zone qui donne des réactions au pouls. De la zone profonde (+ cervical) à l’extrémité externe (+ sacrée).

–> Ortho (adrénaline) actif, frileux, sec, « yang »

–> Para (acétylcholine) passif, réchauffé, larmes, transpire, « yin »

.

Réactions secondaires : larmoiement, éternuements, accès de fatigue, somnolence, éliminations relancées, retour des règles …

.

Contre-indications : la grossesse, l’épilepsie, le glaucome (non traité), les pollinoses, les épistaxis fréquents, les sinusites bloquées.

.

Les formations à cette technique se font malheureusement rares …

https://www.cers-ta.fr/details-formation+de+sympathicotherapie+reflexologie+endonasale+a+paris-93.html

https://www.unitheque.com/planche-nasosympathicotherapie.-bobin/phu-xuan/Livre/86785?gclid=CjwKCAiAz–OBhBIEiwAG1rIOvNog-mdEt6o_t-M8-PTpCJ3Ho9f6J_Y26H9rhWL2N0cLyRl93QX3BoCEQYQAvD_BwE (NST)

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils