Le petit déjeuner

Sauter le petit-déjeuner a-t-il un impact sur le poids ?

« Mangez au petit-déjeuner comme un roi, déjeunez comme un prince, et dînez comme un pauvre ». Cette célèbre formule vient de la nutritionniste Adelle Davis et date du milieu du XXe siècle.

Elle a été prononcée bien avant que le slogan du petit-déjeuner « repas le plus important de la journée » ne soit utilisé comme tactique marketing pour les céréales du petit-déjeuner (Corn Flakes, Smacks, Choco Pops, Frosties, Special K, Cheerios, etc…).

Pourtant, les études scientifiques sur ce sujet n’ont pas apporté de réponse très claire. Par le passé, des études ont indiqué qu’un riche petit-déjeuner permettait :

  • d’accélérer le métabolisme dans la journée, c’est-à-dire donner plus d’énergie et donc brûler plus de calories,
  • de diminuer les fringales dans la journée et réduire les quantités mangées pendant les autres repas.

De plus, un bon petit-déjeuner aide les enfants et les adolescents à grandir normalement et à rester attentifs toute la matinée en classe.

Pour les adultes, de bons petit-déjeuner le matin, souvent salés : œufs à la coque, avocat, lard ou même haricots verts, lentilles en salade…. Cela me permet de travailler sans me poser de question jusqu’à 13 h au minimum. Si l’on ne mange pas ou si je dois me contenter d’un café et d’une tartine à la confiture, on est moins concentré et l’on pense régulièrement à mon estomac dès 10h ou 11h…

Mais concernant les avantages pour le poids que présente un bon petit-déjeuner, les choses ne sont pas si claires. Une nouvelle revue d’études publiée par des chercheurs australiens dans le British Medical Journal montre qu’il n’y a pas assez d’éléments aujourd’hui pour justifier la recommandation de prendre un bon-petit déjeuner afin de maigrir ou simplement garder la ligne.

Des chercheurs de l’Université Monash de Melbourne ont analysé 13 essais randomisés contrôlés, comparant des personnes prenant un petit-déjeuner à des personnes le sautant. Voici ce qu’ils ont observé : ceux qui prennent un petit-déjeuner consomment en moyenne 260 calories de plus par jour que ceux qui n’en prennent pas. En moyenne, ces personnes pèsent un demi-kilo de plus que les autres !

La chercheuse qui a dirigé l’étude met toutefois le public en garde : « Attention, les gens qui prennent un petit-déjeuner ont aussi un comportement général dans la vie qui est différent de ceux qui sautent le petit-déjeuner », ce qui pourrait expliquer la différence. Ceux qui sautent le petit-déjeuner sont, en effet, souvent plus stressés, actifs et tendus. Ils se couchent tard et ils sont pressés. C’est une tendance générale bien sûr, et non une règle absolue.

Ceux qui prennent un bon petit-déjeuner le matin passent plus de temps à table, ils apprécient la bonne chère, prennent soin d’eux-mêmes et en particulier… de leur estomac.

La conclusion est que, très probablement, prendre ou non un petit-déjeuner le matin n’influe pas, ou très peu, sur le poids. Suivez vos envies. Faites comme vous le sentez. Surtout, ne vous inquiétez pas à ce sujet, il y a bien d’autres mesures qui ont un impact beaucoup plus grand sur votre santé (par exemple : manger moins de sucre, aliments bio, prendre de la vitamine D, etc…)

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Questionnaire de santé gratuit

Faites un point sur votre santé grâce à notre questionnaire en ligne de plus de 120 questions. Recevez un rapport personnalisé avec votre tendance de santé.

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Polyglobulie

  Si le nombre des globules rouges dépasse 6 millions/mm3, on parle de polyglobulie      Celle-ci ayant 4 causes possibles : 1/ Maladie de Vaquez : précancer

En savoir plus »

Arthrite

Arthrite La douleur est vive, elle est apparue brutalement = période inflammatoire avec phénomènes vasomoteurs loco-régionaux (via l’interleukine 1) : 1/ Ischémie artériolo-capillaire = patients

En savoir plus »

Mélancolie

    La MELANCOLIE… L’angoisse de perte d’objet et la dépression mélancolique sont les dangers immédiats contre lesquels se battent les patients en état limite (tuberculiniques). Toute

En savoir plus »
blank
Avez-vous été en contact avec le Covid-19 ? Découvrez notre test sérologique de vos anticorps 100% fiable et précis

Découvrez la médecine fonctionnelle

Souhaitez-vous faire un point sur votre santé ? 

Nous vous offrons une consultation gratuite avec Aline, notre experte naturopathe. Inscrivez vous simplement en cliquant à droite

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils