Le sel

Caché dans votre placard, voici un des pires ennemis de votre santé ...
Print Friendly, PDF & Email

Le sel de cuisine …

.

Ressentez-vous parfois l’un de ces symptômes ?

  1. Des ballonnements ou des maux de ventre, parfois dès le réveil.
  2. Le sentiment d’avoir tout le temps soif, la gorge et la bouche sèches, même après avoir avalé un grand verre d’eau.
  3. Vous devez faire de gros efforts pour vous concentrer, pour penser sérieusement et réfléchir posément.
  4. Vous avez un sommeil agité, souvent entrecoupé par de fréquentes envies d’uriner.
  5. Vous avez du mal à perdre du poids, vous sentez votre corps « gonflé », et avez parfois les pieds ou les mains enflés.
  6. Il arrive même que vous aillez des bourdonnements dans les oreilles.

.

Si vous observez un ou plusieurs de ces signes, alors on vous a déjà sûrement conseillé de réduire votre consommation de sel !

.

On mange beaucoup trop de sel. Le problème, ce n’est pas le sel qu’on ajoute à nos plats pour les assaisonner. Le problème, c’est le sel qu’on ne met pas. Celui qui n’est pas dans la salière, mais qui est caché : la majorité du sel que nous avalons chaque jour est INVISIBLE. On en trouve dans pratiquement tous les aliments industriels, et même… tenez-vous bien… dans les médicaments. Ils contiennent absolument TOUS du sel, que ce soit des aliments salés ou sucrés !

.

Dans 1 verre d’eau gazeuse « Saint-Yorre » par exemple, on trouve plus de 1g de sel !

.

C’est beaucoup trop semble-t-il ! En fait, la ST YORRE ne contient que très peu de Chlorure de Sodium (Na Cl) mais du Carbonate de sodium et du Chlorure de Magnésium et cela fait toute la différence !! Cette erreur est permanente chez les détracteurs de la ST YORRE qui est une des meilleures eaux minérales pour les troubles hépatico-biliaires.. 

.

L’OMS recommande de consommer moins de 5g de sel par jour. Il faut simplement bien choisir, car la teneur en sel dépend beaucoup des marques. L’eau pétillante Salvetat par exemple est 250 fois moins salée que la Saint-Yorre !

.

Mais la quantité de sodium dans votre bouteille n’est pas le seul paramètre à surveiller : les teneurs en autres minéraux sont aussi à prendre en compte. Les études montrent que les effets potentiellement nocifs du sel peuvent être en partie neutralisés par des apports significatifs en calciummagnésium et potassium. Ce que votre corps réclame, c’est l’équilibre. L’idéal est de privilégier une eau gazeuse dont la quantité de sodium par litre n’excède pas 200mg.

.

Car on sait très bien que la surconsommation de sel est liée à de nombreuses maladies :

 

  • Hypertension, maladies cardiovasculaires
  • Ostéoporose…
  • Des recherches ont mis en lumière son rôle dans l’augmentation de la fréquence des cancers de l’estomac.
  • Et il semblerait même qu’il soit lié à l’apparition de certaines maladies auto-immunes !

.

Pourquoi on continue à manger si salé en France ?  

.

Il y a une explication culturelle, et une autre très pratique, mais elles sont toutes les 2 liées à notre Histoire. En se sédentarisant, l’Homme a renoncé à se nourrir exclusivement d’aliments frais, et à commencer à vouloir les stocker et les conserver.

Très vite, les différentes civilisations ont compris l’intérêt du salage pour préserver leurs denrées alimentaires. Les Romains et les Égyptiens utilisaient déjà le sel pour faire des réserves en périodes de récolte, et résister aux famines. C’était un additif de première nécessité et un élément de survie. Si précieux qu’au Moyen-Âge, cet « or blanc » est carrément un monopole royal, et la population devait l’acheter en petites quantités dans des « greniers à sel ».

.

Mais aujourd’hui nous avons des réfrigérateurs, des congélateurs et des camions frigorifiques. La chaîne du froid est respectée : nous n’avons plus besoin du sel pour protéger nos aliments. On pourrait donc s’en passer. Pourquoi ne le fait-on pas systématiquement ?

.

D’abord parce que le sel est… délicieux ! Il rehausse les saveurs. C’est pourquoi les industriels en usent et abusent dans leurs produits – il sert aussi à masquer le caractère insipide de certains aliments. Il est donc nécessaire de décrypter les étiquettes pour sélectionner les aliments qui contiennent peu de sel.

.

Mais attention : il ne faut pas complétement bannir le sel de votre alimentation. Sinon, vous risquez de manquer de sodium. Ce que votre corps réclame, encore une fois c’est l’équilibre.

.

Maladies cardiaques : un régime sans sel augmenterait de 92,5% le risque de mourir

.

C’est ce qu’a montré une étude récente menée auprès de patients souffrant d’une maladie cardiaque. Elle a été publiée dans le Journal of the American College of Cardiology : un régime pauvre en sel augmenterait de 92,5% le risque d’hospitalisation et de décès. C’est ce qu’on appelle le « paradoxe du sodium ».

Quand les apports en sel sont trop faibles, notre organisme réagit bizarrement. Il produit des substances (comme  l’angiotensine) qui stimulent la réabsorption du sodium au niveau des reins. Malheureusement, ces substances sont potentiellement dangereuses pour le cœur et les artères.

En croyant bien faire, on se fait du mal !

.

Car le sel est aussi… vital !

.

En petite quantité, il est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Sans lui, la machine tourne au ralenti.

Sa principale qualité c’est qu’il retient l’eau. Il permet donc à notre corps d’être toujours bien irrigué et garantit une bonne hydratation des cellules.

L’eau de notre organisme peut donc assurer ses grandes fonctions :

  • participer au métabolisme (transport des globules, des nutriments…)
  • éliminer des déchets (urine, transpiration)
  • maintenir la température corporelle

.

Il faut donc faire attention à ne pas complètement supprimer le sel de son alimentation, au risque de se retrouver en carence de sodium !

.

Et il y a un autre problème lié au sel, c’est l’iode. Vous l’avez peut-être remarqué : dans n’importe quel sel de table qu’on achète, il n’y a pas « que du sel », il y a aussi de l’iode.

.

L’iode, c’est un oligo-élément absolument indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes. Ce sont elles qui régulent la croissance et contribuent au développement cérébral. Si l’on en manque, on peut développer de graves maladies de la thyroïde et des troubles cognitifs.

C’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé au milieu du XIXème siècle : la carence en iode était tellement répandue qu’on peut parler d’une véritable épidémie. On estime que plus de 20 000 personnes étaient concernées par ce qu’on appelle aujourd’hui le « crétinisme ». Affligés d’un goitre, combiné parfois à une petite taille, un retard mental ainsi que des problèmes de surdité et de mutisme, ils habitaient principalement dans les régions montagneuses. Voilà pourquoi on les appelaient les « Crétins des Alpes ». A cette époque, le lien entre leur pathologie et la carence en iode n’est pas encore démontré. Ce n’est que plus tard, à partir de 1922, qu’une mesure de santé publique est prise pour tenter d’éradiquer le crétinisme.

Elle consiste à enrichir en iode un aliment consommé par tous : le sel de table. C’est donc une raison de plus pour ne pas complètement bannir le sel de notre alimentation.

Encore une fois, tout est question d’équilibre. 

.

La question à se poser maintenant c’est…

Et vous : mangez-vous trop salé ?

.

Ce n’est pas évident de savoir, c’est même quasiment impossible. Entre le sel que vous ajoutez vous-même dans votre assiette et le sel « caché » un peu partout dans nos aliments, c’est difficile de savoir quand on dépasse le seuil critique. La solution, c’est de naviguer avec bon sens, et d’adopter quelques bons réflexes :

  1. Évitez par exemple de mettre systématiquement la salière sur la table,
  2. Prenez l’habitude de goûter votre plat avant de le saler,
  3. Vous pouvez aussi essayer de cuisiner sans sel, et utiliser à la place des épices comme le poivre, le curry ou le curcuma.

.

En plus, c’est délicieux ! Vous allez modifier votre seuil de perception du goût salé au niveau du cerveau. Croyez-moi : au bout de quelques semaines, vous serez complètement habitué. Vous ne pourrez même plus supporter un plat trop salé. A ce moment-là, vous aurez gagné la partie. Vous protègerez vos artères, et votre risque de cancer de l’estomac sera beaucoup plus faible.

Et vous apprécierez d’autant plus les quelques grains de fleur de sel que vous mettrez occasionnellement sur vos plats.

.

D’après un article de Julie Taglioni

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Blennorragie

Print Friendly, PDF & Email

Blennorragie La gonorrhée, ou blennorragie, est une infection sexuellement transmissible (IST/MST) causée par une bactérie appelée « Neisseria gonorrhoeae », autrement connue sous le nom

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils