Les cancers de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent, 10% des cancers chez l’homme : avec plus de 50 000 nouveaux cas par an en France. Il s’agit le plus souvent d’un cancer d’évolution lente (survie à 5 ans = 87%). Il peut être totalement silencieux ou responsable de troubles urinaires (difficulté à uriner, envie plus fréquente), de troubles de l’érection ou d’une sensation de lourdeur dans le bas-ventre.

L’agressivité du cancer est déterminée principalement par trois facteurs :

  • l’extension du cancer (localisé dans la prostate, étendu aux ganglions lymphatique ou dans d’autres organes surtout os et cerveau)
  • l’agressivité des cellules cancéreuses vues au microscope (score de Gleason)
  • le taux de PSA (Antigène Prostatique Spécifique) dans le sang, qui peut être un indice d’évolutivité (normalement inférieur à 10 UI). Le taux des PAP (phosphatase acide prostatique) peut aussi être utilisé.

.

Autrefois, l’intervention chirurgicale et la radiothérapie étaient la règle … Or, à l’étude épidémiologique, les résultats à long terme de ces méthodes se sont avérés décevants.

.

Au stade métastasé d’un cancer de la prostate, le patient reçoit classiquement un traitement hormonal. Il s’agit d’une technique visant à baisser au maximum le taux de testostérone du patient. Ce traitement oestrogénique est problématique à deux égards :

  • Il affaiblit la forme physique et morale des malades
  • Il repose sur un vieux dogme médical remis en cause depuis quelques années, qui associe un taux de testostérone élevé à une augmentation des risques du cancer de la prostate.

.

Or, la production naturelle de testostérone est à son niveau le plus bas après 60 ans… précisément au moment où les cancers de la prostate, eux, explosent. En restant logiques on aurait tendance à conclure de cette observation que moins de testostérone provoquerait, en réalité, plus de cancers de la prostate…
.

Je résume : baisser artificiellement les taux de testostérone chez des cancéreux de la prostate
– est de plus en plus contesté si l’on prend le critère du gain d’espérance de vie du patient,
– dégrade de manière incontestable la qualité de vie du même patient.

Cela devrait suffire à susciter une remise en question sérieuse. Au sein du corps médical, mais aussi au plus haut niveau de nos autorités de santé !

.

Homéopathie (répertoire de Kent): AurumConium (au), IodumPlumbumSelenium (s), Thuya occ. (na) …

.

Phytothérapie du cancer prostatique : Curcuma (traitement traditionnel en Inde), Thé vert et jus de Grenade :

.

.

Un BNS est bien sûr indispensable pour évaluer les différentes régulations du corps et les corrections éventuelles à mettre en oeuvre.

.

Bibliographie :

Huggins C, Hodges CV. “Studies on prostatic cancer. I. The effet of castration of estrogen and of androgen injection on serum phosphatase in metastatic carcinoma of the prostate”. Cancer Res 1941;1:293

.

WU Frederic et al., “ Hypothalamic-Pituitary-Testicular Axis disruptions in older men are differentially linked to age and modifiable risk factors : The European mal aging study” , The Journal of Clinical Endicronology and Metabolism, Volume 93, Issue 7, 1 July 2008, Pages 2737–2745, https://doi.org/10.1210/jc.2007-1972, disponible sur :
https://academic.oup.com/jcem/article/93/7/2737/2598963

.

KALER LW, NEAVES WB. “Attrition of the human Leydig cell population with advancing age” Anat Rec. 1978;192(4):513-518. doi:10.1002/ar.1091920405, disponible sur :
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/736271/

.

Pourmand G, Salem S, Mehrsai A, et al. “The risk factors of prostate cancer: a multicentric case-control study in Iran”. Asian Pac J Cancer Prev. 2007;8(3):422-428., disponible sur :https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18159981/

.

Imamoto T, Suzuki H, Fukasawa S, et al. “Pretreatment serum testosterone level as a predictive factor of pathological stage in localized prostate cancer patients treated with radical prostatectomy”. Eur Urol. 2005;47(3):308-312. doi:10.1016/j.eururo.2004.11.003,disponible sur : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15716191/

.

Kwon T, Jeong IG, You D, et al. « Effect of prostate size on pathological outcome and biochemical recurrence after radical prostatectomy for prostate cancer: is it correlated with serum testosterone level?” BJU International. 2010 Sep;106(5):633-638. DOI: 10.1111/j.1464-410x.2009.09182.x.,disponible sur : https://europepmc.org/article/med/20067448

.

Prout, G.R., Jr. and Brewer, W.R. (1967),” Response of men with advanced prostatic carcinoma to exogenous administration of testosterone”. Cancer, 20: 1871-1878. , disponible sur :https://acsjournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/1097-0142%28196711%2920%3A11%3C1871%3A%3AAID-CNCR2820201112%3E3.0.CO%3B2-D

.

VAUCHER Laurent et al., «  Testostérone et prostate » Rev Med Suisse 2011; volume 7. 2399-2403Rev Med Suisse 2011; volume 7. 2399-2403, disponible sur :
https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-320/Testosterone-et-prostate

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Bilan BNS12

Le Bilan biologique au service des médecines naturelles

Bilan BNS24

Le Bilan au service des médecines naturelles et des personnes en recherche de solutions homéopathiques

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Bilan Neurotransmetteurs

Une analyse des catabolites urinaires pour déterminer votre niveau de stress. A l'origine de nombreux problèmes de santé, il est indispensable de faire un point sur ses neurotransmetteurs pour s'assurer un équilibre émotionnel et un stress contrôlé.

Questionnaire de santé gratuit

Faites un point sur votre santé grâce à notre questionnaire en ligne de plus de 120 questions. Recevez un rapport personnalisé avec votre tendance de santé.

Questionnaire d'analyse de votre niveau de stress

Faites un point sur votre niveau et style de stress grâce à notre questionnaire en ligne et son rapport personnalisé. Grâce à nos différentes questions, nous pouvons vous aider à déterminer votre niveau de stress et son origine. A l'origine de nombreux problèmes de santé, il est indispensable de comprendre qu'elle peut être l'origine de votre stress.

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Maladie de Verneuil

Maladie de Verneuil Parmi les hidrosadénites, la maladie de Verneuil se caractérise par des lésions nodulaires, inflammatoires et douloureuses des grands plis (aisselles, aines) évoluant

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils