Print Friendly, PDF & Email

Les dilutions LM ou Q

.

S. Hahnemann, le fondateur de l’homéopathie, a décrit les dilutions LM comme les « remèdes dynamisés les plus parfaits » et les décrit comme des médicaments « du développement de puissance le plus élevé et de l’effet le plus doux« .

.

L’histoire

S. Hahnemann n’a développé les dilutions LM (également appelées puissances Q) que vers la fin de sa carrière homéopathique. De plus, ils ne purent être publiés qu’en 1921, longtemps après sa mort, avec la 6ème édition de son Organon de l’Art de Guérir, et ainsi rendus accessibles au grand public.

.

Les puissances LM sont l’héritage de la période parisienne d’Hahnemann de 1835 à 1843. A proprement parler, on ne les trouve dans ses « Paris Case Books » que vers la fin de 1840. A partir de 1841, Hahnemann les utilise de plus en plus fréquemment. Aucun autre homéopathe, pas même Kent, Allen ou Hering, ne connaissait ce type de puissance. Seul Clemens von Boenninghausen, un proche confident d’Hahnemann, semblait en avoir connaissance, mais n’était pas encore autorisé à publier quoi que ce soit à ce sujet. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que les homéopathes suisses Flury, Pierre Schmidt et Voegeli ont utilisé ces remèdes pour la première fois et ont inventé le terme LM (appelées ainsi, car dilutions au 1/50 000 ème). 

.

Le fait que ce type de préparations n’a pu être publié qu’en 1921 et n’a fondamentalement trouvé sa place dans les pratiques homéopathiques que longtemps après la Seconde Guerre mondiale est la raison pour laquelle presque personne dans le monde ne connaît ces puissances et pourquoi elles sont presque impossibles à obtenir en dehors de l’Inde, l’Allemagne, Autriche et Suisse. De plus, il n’y a peu d’expérience documentée concernant leur utilisation. La plupart des homéopathes travaillent toujours selon la 5e édition de l’Organon de Hahnemann, dans laquelle ces puissances ne sont pas mentionnées.

.

L’idée des puissances LM sont la suite logique de l’application de remèdes en CH élevées avec des doses quotidiennes dans un verre d’eau, pendant  de longue durée. LM n’est pas une abréviation comme X (D) ou C dans les deux autres puissances. L correspond à 50 et M à 1 000 ; pris ensemble, il est censé décrire le rapport de dilution 1:50 000. Strictement parlant, c’est faux, puisque LM signifie en fait 950, car en latin un L précédant est considéré comme un sous-traitant (1 000-50 = 950). Correctement, on devrait dire Q – pour quinquaginta milia. Mais le LM est devenu courant dans la littérature homéopathique et dans le langage courant – et au fond peu importe le nom de ces puissances, tant que « l’enfant a un nom », comme on dit en allemand. Récemment, cependant, le terme synonyme Q-puissance peut également être trouvé dans les revues homéopathiques, avec des remèdes homéopathiques et dans la publicité.

.

Préparation du remède LM

Les puissances LM sont fondamentalement différentes de tous les autres types de puissances, car elles sont basées sur une étape de dilution supplémentaire à chaque étape de dynamisation. Le point de départ est une puissance de niveau 3 CH sous forme de trituration. A partir de cette 3 CH, la solution dite « mère » est préparée dans ce qui suit : 1 grain (0,06 g) de cette poudre est dissous dans 500 gouttes d’eau distillée et d’alcool. Maintenant, 1 goutte de cette solution mère est mélangée avec 100 gouttes d’alcool et secouée 100 fois (!) à la main. (Pour tous les autres types de puissance, ne secouez que 10 fois !)

.

De minuscules globules – de la taille de graines de pavot – sont ensuite humidifiés avec cette solution – 1 goutte mouille environ 500 globules (purement mathématiquement) – et séchés sur du papier buvard. Chaque globule de ces 500 globules mouillés correspond à la première puissance LM.

LM2 est obtenu en traitant un seul globule LM1. Ceci est dissous dans une goutte d’eau distillée et mélangé avec 100 gouttes d’alcool via 100 shakes. Une goutte de cette dilution mouille à son tour 500 globules, chaque globule définissant le LM2. Ce processus est poursuivi aussi souvent que souhaité jusqu’à ce que la puissance souhaitée soit atteinte.

.

.

Puissances LM dans les traitements chroniques

Selon les nombreuses années d’expérience du Dr Eichelberger avec les puissances LM, LM18 s’est avéré être une bonne puissance de départ pour les traitements chroniques, ce qui a été confirmé à plusieurs reprises dans ma pratique. Cependant, selon les Paris Case Books, Hahnemann n’avait pas de puissance LM standard claire. On peut plutôt trouver des puissances telles que LM11, 10, 15, 16, 7, 8, 9 (en particulier pour Sulphur ; pour d’autres médicaments, il est rarement allé au-delà de LM7) qu’il a prescrites en grades descendants et/ou ascendants. Sa puissance LM la plus élevée semble avoir été LM24.

.

Dans le cas des puissances LM, le taux de dilution résulte de deux étapes différentes : d’une part d’une étape de dynamisation active via les gouttes dans le rapport 1:100 et d’autre part d’une étape de dilution passive via les globules dans le rapport 1:500, car la base de la prochaine étape de dynamisation n’est que la 500e partie d’une goutte. Cela donne ensemble – purement arithmétiquement – le rapport de dilution total 1:50 000 (1:100 x 1:500). De plus, il convient de noter que les puissances LM sont toujours succédées 100 fois d’une étape à l’autre, ce qui se traduit naturellement par une ampleur complètement différente du développement de la puissance.

.

Grâce à la dynamisation, des pouvoirs médicinaux cachés sont développés et transférés à la substance porteuse. Il est évident que le nombre de secousses joue ici un rôle central. Tout effet s’arrête immédiatement s’il n’y a pas d’agitation (ou de trituration) ! Dans ce processus de dynamisation réside le secret de la transmission de l’information de la substance source médicinale. Avec un nombre élevé de coups successifs, comme 100 coups d’un niveau de puissance à un niveau de puissance, on obtient des puissances relativement « nettes » qui ont un effet « dur » et sont comme un éclair. En revanche, 10 coups de secousse ont un effet plus doux et plus doux, mais ne sont pas aussi profonds.

……………………………………

NB. Les laboratoires français utilisent un vibreur dentaire qui délivre plusieurs centaines de secousses en une minute ! Or les études du pr. Lasne en RMN ont démontré que le rythme de un coup par seconde (celui du coeur) était le rythme idéal pour obtenir un meilleur signal.

……………………………………

Hahnemann a presque toujours recommandé 10 secousses, mais entre-temps, il a également expérimenté avec seulement 2 secousses, et les a même propagés publiquement pendant un certain temps. Enfin, il est revenu à 10 coups, car il pouvait déterminer un effet meilleur et plus profond.

Les puissances C et X sont toujours succédées 10 fois d’un niveau à l’autre. Les puissances LM, en revanche, reçoivent 100 secousses. Ainsi, par leur nature, ils sont beaucoup plus « aiguisés » et plus profonds que d’autres puissances comparables. Néanmoins, ils ont un effet très doux et moins « agressif ». Selon le fondateur de l’homéopathie, ce sont les « remèdes dynamisés les plus parfaits » et « du plus haut développement de puissance et de l’effet le plus doux ».

Cela est dû au fait que la totalité de la goutte n’est pas utilisée pour une dynamisation supplémentaire, mais seulement sa 500e partie (étape de dilution passive). Pour cette raison, les puissances LM peuvent être utilisées très individuellement dans les cures chroniques (mots clés ici : dosage adapté individuellement à la réaction du patient et à la sévérité de sa maladie, traitements intermédiaires aigus en cas de surréactions lors du processus de rembobinage chronique ou en cas de maladies intercurrentes , et ainsi de suite).

.

blank

.

Comparaison de différents types de dynamisation entre eux

La dynamisation et la dilution n’ont physiquement rien à voir ! Dans une série de dilutions, l’action mécanique sur les plus petites parties de la substance à diluer est supprimée, ce qui est pourtant d’une importance cruciale dans la dynamisation.

La nature physique du phénomène de dynamisation est particulièrement évidente dans l’exemple de Phosphorus. Grâce à une dilution et une succussion progressives, la substance médicinale est complètement retirée de sa sphère chimique.

Les globules de phosphore 30C agissent comme du phosphore un an et un jour – même après une très longue période. En revanche, l’élément chimique Phosphore s’oxyde très rapidement en acide phosphorique (en fait, ceci est également disponible en tant que remède homéopathique : Acidum Phosphoricum). De plus, tous les remèdes homéopathiques n’ont pas de date de péremption. (Les dates d’expiration n’existent que pour des raisons légales ; les problèmes allopathiques sont simplement transférés à l’homéopathie, ce qui est vraiment un non-sens !). Même les globules restants de Hahnemann sont toujours efficaces, bien que le fondateur de l’homéopathie soit mort depuis plus de 170 ans.

.Dans une évaluation comparative du médicament dans différents types de dynamisation, le nombre d’étapes de dynamisation est principalement déterminant. La considération du contenu substantiel est relativement insignifiante ! En conséquence, on ne peut pas assimiler un 3CH à un 6DH !

Lorsque l’on compare les puissances des remèdes avec le même nombre d’étapes de dynamisation, mais des taux de dilution différents, il y aura certainement encore des différences relativement importantes dans la plage de faible puissance, comme 6DH et 6CH. Mais plus les puissances sont élevées, plus elles convergent. Par exemple, un Hering 30DH est déjà relativement similaire à un Hahnemann 30CH dans son effet.

Les dynamisations LM ne peuvent en aucun cas être liées aux autres dynamisations, aussi bien les dynamisations CH que les dynamisations DH, puisque leur nature est complètement différente.

.

Puissances LM en dilution

Les puissances LM sont administrées sous forme de remède liquide. En règle générale, une ou plusieurs gouttes sont instillées directement sous la langue. Une autre option consiste à prendre les gouttes dans une cuillerée à café d’eau, afin que davantage de muqueuse buccale soit mouillée par ce liquide. Pour affaiblir l’effet d’une dose, on peut mettre les gouttes dans un verre d’eau, remuer vigoureusement avec une cuillère en verre, en céramique, en ivoire, en plastique ou en bois (pas de cuillère en métal !) et en prélever une cuillerée – éventuellement seulement une demi-cuillère cuillerée ou même seulement une cuillère mouillée ou une seule goutte (la méthode dite du verre d’eau).

Ou pour les personnes très sensibles, toute la procédure avec un demi-litre d’eau (litre : environ 34 onces ou 2 pintes), très probablement aussi avec un litre entier. Il est aussi possible d’ajouter une cuillerée de cette solution dans un deuxième verre d’eau ou même ensuite dans un autre troisième verre, etc., et d’en prendre une dose.

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreuses façons de prendre des gouttes homéopathiques. L’administration optimale dépend de la gravité de la maladie, de la sensibilité et de la réactivité du patient, ainsi que de son poids corporel et de son âge.

.

Secouer le flacon

Cependant, une particularité des puissances LM doit être soulignée. Avant de prélever chaque goutte, le flacon doit toujours être vigoureusement frappé 10 fois à la main  – en le frappant avec force contre une surface ferme environ 10 fois ou en le renversant comme un thermomètre médical.

Cela est dû au fait que des dilutions particulièrement élevées ne doivent pas être répétées trop tôt dans une seule et même dilution, car par la suite le bon effet du remède serait perdu et le remède se gênerait. En secouant, on intensifie un peu la dynamisation, si bien que la puissance n’a plus la même vibration qu’avant et que le problème de répéter une dose trop tôt ne se pose pas forcément lors de la reprise.

Cette procédure n’est pas à confondre avec une étape de dynamisation, puisque cette dernière comporte toujours une nouvelle étape de dilution. Ainsi, frapper 10 fois un LM18 contre la paume de la main ne le transforme en aucun cas en LM18½ ou LM19. Le remède n’agit qu’un peu plus intensément.

.

Confusion si répété trop tôt

Tant que les symptômes sont toujours en mouvement, le remède ne doit pas être répété. Cette loi de la nature résulte déjà des observations lors des provings de médicaments homéopathiques, mais a également été confirmée à maintes reprises au chevet du patient.

.

Tests de médicaments homéopathiques

Les pathogénésies de médicaments sont la base de toute la matière médicale homéopathique. Sans eux, nous ne connaîtrions pas l’efficacité des médicaments homéopathiques individuels et ne pourrions pas prescrire selon la loi de similitude. Dans une pathogénésie, en termes simplifiés, un groupe de personnes cliniquement saines prennent un remède qui leur est inconnu, quelques gouttes par jour ; c’est-à-dire sous une forme plus concentrée et plus souvent que ne le ferait la personne malade. Le but est de « faire dérailler » la force vitale pour qu’elle réagisse avec des symptômes, qui sont ensuite soigneusement enregistrés. La totalité des symptômes qui se sont produits, pris ensemble par tous les examinateurs, aboutit à ce que l’on appelle le tableau des médicaments homéopathiques.

Une recherche de médicaments doit toujours être effectuée et supervisée par un homéopathe expérimenté, car il existe certains risques qui doivent être connus dans tous les cas. Cependant, si au cours d’un test, l’examinateur individuel arrête immédiatement le médicament pris dès l’apparition des premiers symptômes, des problèmes graves ou même des dommages permanents ne se produiront jamais.

C’est-à-dire que si pendant la prise de médicaments de, par exemple, Lachesis, les symptômes correspondants de ce remède se développent, ils s’atténueront lentement avec le temps – après l’arrêt du remède à l’apparition des premiers symptômes – jusqu’à ce que tout soit terminé. À ce stade, il convient de rappeler l’auto-expérience historique de Hahnemann avec l’écorce de quinquina : « … Ce paroxysme (accès, forte augmentation des symptômes de la maladie – note de l’auteur) a duré 2 à 3 heures à chaque fois et s’est renouvelé lorsque j’ai répété cette administration. , sinon non. J’ai arrêté et je me suis rétabli.

Ainsi, avec l’apparition des symptômes, il suffit d’observer et de ne pas perturber le processus d’action du remède donné en le répétant. C’est la chose la plus dangereuse que vous puissiez faire, dit Kent. L’opinion et la manipulation grossièrement négligente dans le sens de « rafraîchissons un peu le tableau, que les symptômes deviennent un peu plus forts et plus clairs », afin de continuer à augmenter l’administration, bien que les premiers symptômes soient déjà devenus visibles, peuvent être mortelle dans certaines circonstances, car ainsi une diathèse médicamenteuse, dans notre exemple une diathèse de Lachesis, peut être imprimée sur l’organisme, qui ne cédera plus jamais et est fondamentalement incurable.

En ce qui concerne la qualité de la preuve des symptômes, en revanche, même dans les cas les moins dramatiques, il y a toujours « confusion », comme l’appelle Kent, et seulement le résultat de symptômes très généraux, que presque tous les remèdes doivent montrer. Les symptômes caractéristiques, qui sont les plus précieux pour le thérapeute et qui ne sont typiques que de ce remède particulier, ne seront jamais connus. Mais c’est exactement ce qu’une preuve devrait réellement produire.

.

Répétition de l’administration d’une comparaison

Il en va de même au chevet du lit, c’est-à-dire lors de l’administration de la comparaison en cas de maladie. Si une dose est répétée trop tôt, le bon effet est perdu, bien que ce soit le bon remèdeEt de plus, vous ne pouvez pas non plus aider avec d’autres remèdes ou degrés de puissance. Hahnemann lui-même écrit très clairement ce qui suit à ce sujet dans la préface de ses « Maladies chroniques », tome 3 :

« … Je dois faire la remarque importante que notre principe de vie ne tolère pas que la même dose inchangée de médicament soit prise même deux fois de suite, encore moins plusieurs fois de suite. En partie le bien de la dose précédente est alors en partie annulé à nouveau, en partie de nouveaux symptômes et plaintes apparaissent qui résident dans le remède (soi-disant symptômes de preuve – note de l’auteur) et qui n’étaient pas présents dans la maladie et qui entravent la guérison ; en un mot, le remède, lui-même bien choisi homéopathiquement, a un effet oblique et n’accomplit l’intention qu’imparfaitement ou pas du tout.

D’où les nombreuses contradictions entre homéopathes dans l’intention d’administrations répétées. – Si, cependant, pour la prise répétée d’un seul et même remède (ce qui est, après tout, indispensable pour parvenir à la guérison d’une grande maladie prolongée), la dose est changée et modifiée à chaque fois dans son degré de dynamisation , même si ce n’est que de peu, alors la force vitale du malade prend le même remède, même à de courts intervalles, incroyablement plusieurs fois de suite avec le meilleur succès et chaque fois pour le bénéfice accru du patient, calmement et, comme c’était, avec bienveillance.

– Ce changement du degré de dynamisation d’un peu est déjà effectué si l’on secoue la bouteille, dans laquelle la dissolution du globule unique (ou plusieurs) est contenue, avec 5, 6 coups de bras forts avant chaque prise » . (souligné par Hahnemann)

Ailleurs, le fondateur de l’homéopathie met même en garde contre l’ incurabilité lorsqu’elle est répétée trop souvent, en particulier avec des dynamisations C élevées, en raison de la suppression des symptômes : « … un remède homéopathique est, à ce titre, toujours nuisible, même lorsqu’il était homéopathiquement approprié au cas. de la maladie. Et à fortes doses, plus, plus homéopathique et à la puissance plus élevée, il a été choisi, bien plus que n’importe quelle dose aussi importante d’une substance médicinale non homéopathique (allopathique), qui n’a aucune analogie avec la maladie.

Une trop grande dose d’un remède homéopathique bien choisi, et surtout une répétition fréquente de celui-ci, provoque généralement un grand désastre. Ils mettent souvent le malade en danger de mort, voire rendent sa maladie quasiment incurable. Bien sûr, ils éteignent la maladie naturelle pour le sentiment du principe de vie ; le malade ne souffre plus de la maladie originelle à partir du moment où l’administration trop forte du remède homéopathique agit sur lui, mais il est alors plus malade de la maladie médicamenteuse très similaire, mais beaucoup plus grave, extrêmement difficile à éradiquer de nouveau. » (souligné par l’auteur).

.

Comparaison – roue à rayons

Une comparaison très vivante et mémorable avec les faits de l’effet d’un remède homéopathique est la rotation continue d’une roue à rayons. Avec l’administration du remède, la roue à rayons reçoit une poussée puissante – en saisissant les rayons – de sorte qu’elle tourne autour de son propre axe.

Avec le temps, ce mouvement devient de plus en plus lent jusqu’à ce qu’il s’arrête presque, de sorte que l’on peut maintenant donner à la roue – encore une fois uniquement en saisissant les rayons – un prochain balancement (répétition du remède). Si l’on devait saisir les rayons beaucoup plus tôt, on perturberait considérablement le mouvement de rotation continu, voire l’arrêterait complètement. En d’autres termes, si l’administration est répétée trop tôt, le médicament lui-même interfère avec son bon effet et peut même l’annuler complètement.

.

Administration répétée pour les puissances LM

Dans le cas des dynamisations LM, la question de la répétition de l’administration ne se pose pas comme dans le cas des autres dynamisations, puisque la dynamisation est affinée par la succussion, de sorte qu’on ne touche plus dans le même rayon, mais dans une roue légèrement au-dessus d’elle et lui donne un mouvement de rotation. Le mouvement de rotation de la roue d’origine se poursuit parallèlement à celle-ci et se termine alors quelque temps, sans perturber la deuxième roue à rayons avec son mouvement de rotation et vice versa.

Dans le domaine chronique, les puissances LM sont généralement répétées tous les 2 à 3 jours et sont administrées environ 4 mois. Cela s’est avéré être le meilleur, du moins dans ma pratique, avec la puissance LM18. Cependant, certains patients ne reçoivent des puissances LM18 qu’une fois par semaine, tandis que d’autres les reçoivent quotidiennement. Par exemple, les handicapés mentaux ou physiques nécessitent souvent une « poussée » plus forte, tandis que les patients atteints de névrodermite, d’asthmatiques ou de syndrome anxieux reçoivent des doses plus discrètes, en fonction de leur situation réactionnelle.

.

Les puissances LM24, qui dans une cure chronique suivent souvent les puissances LM18, je ne les fais habituellement répéter que tous les 5 jours (bien sûr – comme toujours avec les puissances LM – agiter 10 fois à chaque fois au préalable), tandis que le nombre de gouttes à être prise est réduite de 5 avec LM18 à 3 avec LM24, puisque ces puissances diffèrent les unes des autres de pas mal d’ordres de grandeur (ce n’est pas seulement 6 (24-18), mais 50 000 6 , soit un nombre avec 28 zéros !).

.

D’après mon expérience pratique, j’ai même pris un LM30 toutes les 2 semaines seulement et cela généralement seulement dans un demi-litre d’eau, alors que les deux prédécesseurs étaient à mettre sur un verre d’eau (200 ml). Des exceptions, selon la sensibilité du patient, confirment la règle. 

.

Avec des dynamisations encore plus élevées, telles que LM60 ou LM90, les intervalles entre les doses augmentent en conséquence (par exemple une fois par mois ou même plus rarement). Parlant de la sensibilité du patient : j’ai un petit patient qui est tellement sensible aux médicaments homéopathiques qu’il faut doser extrêmement soigneusement, juste une goutte pour un litre d’eau, agiter vigoureusement (avec tourbillon) ; puis versez-en une cuillerée dans un second litre d’eau, et ainsi de suite. Toute la procédure 7 fois de suite! À partir du septième litre, ne prenez alors qu’une cuillerée. Et ce petit garçon montre encore des réactions le jour de la prise ! J’ai récemment soigné un autre enfant qui devait auparavant prendre un LM90 de Natrum muriaticum deux fois par semaine (!), à son grand détriment, si bien que son état s’est visiblement aggravé et cet enfant est certainement aussi entré très tôt dans des symptômes dits révélateurs[1] .

Le même thérapeute prescrit également des administrations concentrées de LM30 pendant la grossesse, plusieurs fois par semaine ! De telles choses, on les vit malheureusement plus souvent qu’on ne le pense ! Il faut respecter l’homéopathie, car il y a un concentré d’énergie dans ses médicaments ! Le sommet de l’ignorance et de l’irresponsabilité concernant les puissances LM est cependant détenu par un ancien thérapeute d’un de mes petits patients, qui a prescrit à l’enfant pendant une phase très aiguë d’une maladie chronique 3 fois par jour (!) un remède antimiasmatique chronique profond dans la puissance LM500 – oui, vous avez bien lu : LM500 ! – et en plus changé le remède plusieurs fois en seulement deux semaines ! Il est évident qu’une rigidité réactionnelle persistante suivit d’une incurabilité passagère.

.

Phénomène d’aggravation tardive avec les puissances LM

Enfin, une particularité des dynamisations LM doit être signalée : l’ aggravation homéopathique tardive, à laquelle déjà Hahnemann se réfère au §161 de son Organon lors de la prise des dynamisations LM. Cela se produit lorsque les symptômes qui se sont améliorés ou ont complètement disparu au cours des semaines et des mois précédents avec la comparaison réapparaissent maintenant lentement. Ou encore qu’au fil du temps apparaissent des symptômes que le patient n’a jamais eus auparavant, mais qui appartiennent au remède, dans le sens de prouver des symptômes.

Le phénomène d’ aggravation homéopathique tardive signifie que le remède a bien fonctionné, du moins dans cette dynamisation, mais a été donné trop longtemps, et doit être changé (une autre dynamisation ou un autre remède ; dépend du suivi).

Il y aurait beaucoup plus à dire sur les puissances LM, mais cela dépasserait le cadre de cet article.

.

Les puissances LM sont l’héritage parisien d’Hahnemann et une bénédiction pour l’homéopathie. De nombreux exemples de cas chroniques complexes, en partie avec répertorisation, peuvent être trouvés dans mon livre « Gentle Medicine – The True Causes of Disease, Healing, and Health » (https://www.gentle-medicine.com), quelques-uns en ligne ici à HPathy aussi : https://hpathy.com/author/graetz/.

.

Bibliographie

  • Grätz, Joachim-F., Médecine douce – Les véritables causes de la maladie, de la guérison et de la santé, 2021, Balboa Press, Bloomington, États-Unis
  • Grätz, Joachim-F., Die homöopathischen Potenzen – Ein Ratgeber aus der Praxis – im Akutfall und bei anti-miasmatischer Kur ( The Homeopathic Potencies – A Guide from a Practitioner ), 2e édition 2014, Tisani Verlag, Oberhausen i. Obb.

[1] Symptômes révélateurs (drogues prouvant les symptômes) : symptômes non présents auparavant qui apparaissent lors d’un traitement homéopathique. Ces réactions sont généralement de nature temporaire et ne sont pas basées sur le patient individuel, mais sur le remède administré, qui a été pris trop longtemps et/ou à des doses trop concentrées, en termes de preuve de médicament homéopathique. Ces réactions peuvent cependant persister très longtemps, voire indéfiniment, si le remède est pris en continu malgré les problèmes qui surviennent !

blank

Merci de votre visite, laissez nous vos coordonnées pour recevoir un fichier inédit sur cette matière.

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils