Print Friendly, PDF & Email

Il existe quelqu’un chargé de contrôler tous les semences des Français …

.

.

Oui oui, il doit vérifier qu’elles sont uniformes, homogènes, stables. Sans quoi, ils ne peuvent pas réussir le test pour être inscrits au Catalogue officiel. Et les semences qui n’y sont pas inscrites ne peuvent pas être vendues sur le marché national. Et pour y entrer, il faut aussi dépenser dans les 10 000 € la première fois, et plus pour les royalties !

.

Prenons le maïs 

Dans l’édition 2020 de ce catalogue, 95% des variétés de maïs mis à disposition pour nos agriculteurs sont des « F1 ».

.

Un hybride « F1 » est la première génération d’un croisement végétal, entre deux variétés distinctes. La variété ainsi créée bénéficie de la vigueur hybride ou hétérosis. Les hybrides F1 constituent la première génération d’un croisement qui donnera lieu à des variétés toutes identiques. 

.

blank

.

Malheureusement, la seconde génération ne produira pas les mêmes fruits. Ils auront perdu en vigueur et en homogénéité, reprenant aléatoirement les critères initiaux. C’est la raison pour laquelle, il n’y a pas d’intérêt à récolter les graines d’une variété F1 pour les ressemer l’année suivante. On dit même qu’elles sont « auto-stériles ».

.

Encore pire pour les tournesols

Ils n’y proposent QUE du tournesol F1. Donc tous les champs rectilignes mortifères de tournesols sont de fausses fleurs, car en plus d’être « pas top » pour les agriculteurs, le sol, la santé, l’éthique, car elles ne produisent que peu de nectar: ce sont des trompe-l’œil dramatiques… qui affament nos oiseaux et pollinisateurs et ça, on en parle rarement !

.

blank

.

Les dégâts sont là : 600 millions d’oiseaux européens se sont éteints en l’espace de 25 ans, notamment ceux des plaines (et des champs) pesticidées et avec des graines F1 ou OGM.

.

Concernant le melon, en 1979 il n’y avait que 5 variétés F1 de melons, contre maintenant 249 variétés F1 de melon…
Bon, on va pas se faire toute la liste, vous avez compris …

.

blank

.

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut tous agir et qu’il est encore temps ! La législation semble tenir bon : depuis l’été 2020, les semenciers de graines libres peuvent agir en toute liberté. Et nous jardiniers, nous avons aussi un énorme rôle à jour. En maîtrisant le sujet des semences et des semis, pour vous mettre sur la voie de l’autonomie. En France, il y a plus de jardins que de parcs naturels !!

.

blank

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils