« L’ESPRIT  ET LA  MATIÈRE » de Edward C. Whitmont

L’homéopathie, outil d’étude et d’action entre L’ESPRIT ET LA MATIÈRE Essai sur l’homéopathie à la lumière de la psychologie de Jung
Print Friendly, PDF & Email

Traduction française du remarquable ouvrage de E.C. WHITMONT (280 pages, à présent disponible – 25 euros / 28 francs suisses). Livres à commander à FFMI, via : henry.jeanyves @ gmail.com

.

alt

.

Préface de cette traduction par J.Yves Henry :

 

C’était par un beau samedi matin du printemps 1986, lorsque la doctoresse Alexandra B., une suissesse homéopathe amie, vint de me faire cadeau du livre de E. C. WHITMONT. J’hésitais à partir en randonnée au bord de ce beau lac Léman que je découvrais alors par petits bouts successifs … Le livre ouvert, je fus pris par ce récit : le dictionnaire anglais-français (attention aux faux-amis !) et les notes que sa lecture me suscitait, ont vite encombré mon bureau et ce n’est que le lendemain soir, le week-end évaporé, que je refermais ce livre, qui venait de m’ouvrir un niveau de compréhension de l’homéopathie que je commençais à deviner, mais que personne n’exprimait aussi clairement.

.

Il faut dire que le parcours de E.C. WHITMONT a été original : médecin autrichien à l’esprit ouvert, il s’est intéressé à l’homéopathe, puis à l’anthroposophie (il y a dans cette ouvrage plein de références à la vision énergétique de R. Steiner), enfin à la psychanalyse Jungienne ! Ses propres élèves ont aussi été féconds, comme la psychologue Catherine COULTER (1934-2014) dans « Portraits of homeopatic medicine », que je découvrirai plus tard.

.

Les paragraphes de ce livre sont assez inégaux, certains vous paraîtront peut-être difficiles à comprendre et c’est bien normal, car les concepts de la psychologie, de la physique quantique et de l’homéopathie ne sont pas forcément faciles à appréhender du premier coup ! Ne vous découragez pas cependant, il y a des perles dans les diverses réflexions de C. WHITMONT !

.

Cela m’a renvoyé à une réflexion du pr. PORTMANN, entendue alors que j’étais externe dans son service d’ORL à Bordeaux : « Il y a deux sortes de praticiens, ceux qui traitent ce qu’ils voient et ceux qui réfléchissent à ce qui se passe sous ce qu’ils voient. ». L’homéopathie, la médecine chinoise et la psychanalyse sont de cet ordre là : elles déroutent donc l’esprit « cartésien » !

.

Puis, quelque temps plus tard, je retrouvais une pensée proche dans les travaux de R. SHELDRAKE, biochimiste, qui s’est concentré sur le concept de la « résonance morphique »  (La résonance morphique est l’idée que des choses identiques influencent en conséquence d’autres choses identiques à travers l’espace et le temps).

.

Les trente années qui suivirent consistèrent pour moi à « établir des ponts » entre ces différentes approches médicales qui prétendent unir le psyché et le soma. En effet, l’approche psychologique est minimale et malheureusement dévalorisée lors des études médicales classiques, alors qu’il est recommandé aux psychologues de ne pas toucher au corps ! En ce qui concerne l’homéopathie, je me suis appuyé sur l’approche systémique de P. KOLLITSCH (cf. « Matière médicale thérapeutique », 1955) repensée par rapport à l’approche systémique de la Médecine traditionnelle chinoise.

.

alt

.

Schéma 1 : la vision synthétique de Paul KOLLISTCH regroupe remèdes et nosodes en fonction de leurs symptômes. Il aboutit à une hiérarchisation des 2000 remèdes de la Matière médicale, regroupés en 25 « familles thérapeutiques », chacune étant centrée autour d’un anion ou cation de la table de Mendeleïev. Il nous a été facile de systématiser cette classification par rapport au pentagramme de la MTC (véritable modèle macro physiologique des régulations). Ce qui permet d’expliquer la relation de ceux-ci avec les cinq stades du développement de la personnalité (cf. S. FREUD), comme leurs polarités organiques et les modalités de chaque remède (cf. « Matière médicale diathésique » de Françoise et J.Yves HENRY *) !

.

Françoise, juriste de formation, avait eu le courage de repartir pour cinq années d’études de psychologie à la faculté de Lyon. Nos discussions sur les différents aspects de l’oeuvre de E. C. WHITMONT animaient nos séminaires et faisaient évoluer mes propres consultations à démasquer le remède similimum par de classiques questions sur les modalités, à des problématiques psychologiques fondamentales autrement plus intéressantes. Déjà malade, Françoise eut le courage de livrer l’aboutissement de ses réflexions sur le sujet, dans un livre très complet : « Quand Freud rencontre Hahnemann » (édition IMH, 2007)*.

.

De mon côté, toujours en quête d’une « théorie générale de la psycho-somatique », je poussais mes recherches de mise au point des BNS (les Bilans Nutrition-Santé), outil de biologie fonctionnelle basé en grande partie sur la méthode de G. HENSHAW (« The serum reactivity test, a scientific approach to homeopathy »*). Je testais les principaux remèdes homéopathiques dans le sérum de mes patients et observait – ravi – que la psychologie, la clinique et la biologie s’alignaient parfaitement ! Il m’apparu alors évident que les aspects psycho-émotionnels et hormonaux d’un côté et les réactions immunitaires et métaboliques de l’autre constituaient bien les deux faces d’une même pièce, comme l’a expliqué C. WHITMONT dans ce livre.

.

blank

.

Une centaine de confrères nous ont suivi dans cette réflexion féconde. C’est à eux que je dédie cette traduction, afin qu’un grand nombre de praticiens francophones comprenne comment « le médicament homéopathique est la solution symbolique à une question que le patient s’est posé à une étape du développement de sa subjectivité et qui est restée sans réponse » …

.

J’ajouterai que la situation actuellement dégradée du petit monde des praticiens homéopathes, sous les coups répétés des législations pharmaceutiques européennes, de la suspicion du conseil de l’ordre des médecins et du désengagement de nombreux laboratoires homéo-pathiques (comme Boiron, en situation de monopole en France, qui refuse de sponsoriser les écoles !), m’a décidé à investir dans l’aventure de cette traduction, pour fournir ce cadre de réflexion approfondi, qui sera sans doute utile à beaucoup, dans cette période d’allopathie triomphante, arc boutée sur les dictats de l’Evidence Based Medicine, comme horizon indépassable.

.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils