MAI non spécifiques d’organes

Print Friendly, PDF & Email

Maladies auto-immunes non spécifiques d’organes

.

A/ Le lupus érythémateux disséminé  (LED)

.

Maladie auto-immune du collagène (HLA DR2/3), extrêmement polymorphe, déroutante dans ses manifestations. Il affecte surtout les femmes avec un début de 20 à 40 ans (80% des cas), parfois familiale, il peut être déclenché après une vaccination, une sérothérapie, une exposition solaire (!) et certains médicaments (exemples: bêtabloquants, Rimifon, certains anti-épileptiques…) = lupus induit (iatrogène, dont les taux d’AC anti-DNA sont moins élevés).

  1. au début : altération de l’état général, clochers fébriles, arthralgies, etc …
  2. puis : manifestations cutanéo-muqueuses (70%, le classique « loup ») et atteintes viscérales (articulaires 90%, glomérulo-néphrite 50%, endocardite 30%, etc…) ou vasculaires (vascularites …)
  3. évolutions par poussées successives (BNS indispensable et répété 1 à 2 fois par an).
  4.  

blank  le classique « loup »

.

Diagnostic biologique :          

  1. présence d’AC anti-ADN natif  (immuno-fluorescence ou elisa = 95%)
  2. cellules LE  (= polynucléaires en ayant phagocyté d’autres), Cryoglobulines (60%),
  3. facteurs rhumatoïdes (W. Rose, Latex) et faux BW positifs  (car AC anti-cardiolipine).

.

blank

BNS 24 en hyper Gamma typique (la patiente est sous corticoïdes et Plaquenil)

Traitements classiques : Corticoïdes + Indocid, puis Flavoquine ou Endoxan (anti-métabolite) … Rituximab (AC anti lympho B), Cyclosporine (si pas d’insuffisance rénale) ou plasmaphérèse dans les formes graves. 

.

Traitement homéopathique selon le stade :

  • La phase inflammatoire … Sulfur iodatum et Phytolacca (ka)    
  • L’infiltration … Thuya occidentalis (na)                    
  • L’induration sèche … Alumina ou Lycopodium
  • Les ulcérations … Arsenicum alb. ou Nitricum acid.  
  • La sclérose … Hydrastis (ka) ou Thiosinamine (si) 3DH     
  • avec Hepar sulfur ou Silicea … pendant les phases suppuratives
  • Hydrocotyle asiatica (mg) 3D = le Madécassol (localement)

.

Nosodes (c’est une maladie chronique) :  Luesinum, parfois Tuberculinum K (ou TR)

.

Phytothérapie :  Petroselinum sativum (hg), Vanilla planif. … selon les données du BNS. 

.

Organo/Sérothérapie : Foie ++

Faites aussi pratiquer un « bilan des intolérances alimentaires » ou, à défaut, faire le régime Seignalet (sans gluten ni lait).

.

B/ Lupus érythémateux chronique (LEC) :

Lésions cutanées (alopécie) avec VS normale + Gamma et EuGamma normales, mais avec des AC anti-nucléaires positifs, il s’agit d’une maladie localisée plutôt bénigne, que l’on désigne aussi par « Morphée ».

 Il faut déconseiller l’exposition solaire, lui proposer une corticothérapie locale durant les poussées et la traiter à l’aide d’un BNS annuel. Attention cependant, il arrive que la maladie évolue vers un L.E. disséminé au bout de quelques années.

http://denguezli.tripod.com/cours/COLLAGEN.htm#lec

.

Les autres connectivites :  

.

C/ Polymyosite et dermatomyosite

 

Affections rares, paranéoplasiques dans 10% des cas) = inflammation érythémateuse (ongles et paupières) + faiblesse et dégénérescence musculaire + myalgies —> rapide atteinte de l’état général (fièvre et VS augmentée), insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale.

.

La biologique de ces affections objective une augmentation des CPK, des transaminases et de la créatinine. Des AC anti-nucléaires sont présents dans 30% des cas. Le traitement suspensif se fonde sur une corticothérapie massive et continue.   

.

Un Bilan biologique BNS est indispensable pour un traitement de soutien ciblé. 

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Lire aussi l’introduction aux maladies auto-immunes et envisager un régime alimentaire spécifique (régime Seignalet).

.

D/ La sclérodermie 

.

Evolution des MAI … « On sait à présent qu’il existe des relations étroites entre les états auto-immuns et la cancérisation des cellules de la lignée lymphocytaire B (leucémie, lymphome, maladie de Waldenström ou myélome multiple). En outre, ces patients souffrant de maladie auto-immune et traités par les drogues immuno-suppressives ont un risque accru de faire un cancer de la lignée B « . Pr. R. Bataille.  

.

Attention donc à l’abus des immunosuppresseurs qui peuvent conduire ces patients présentant une maladie de phase 5 (cf. tableau des phases de Reckeweg) à une affection de phase 6 (la dédifférentiation cancéreuse) ! 

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils