Print Friendly, PDF & Email

Medorrhinum

.

Nosode de la sycose : «  Les préjugés « 

.

Lysat de sécrétions urétrales blennorragiques (gonocoques) en dehors de tout traitement. Il s’agit d’une bactérie strictement humaine qui ne survit pas dans l’environnement. Le réservoir connu est le rhinopharynx de l’homme et 5 à 15% de la population en est porteur sain !

.

Neisseria gonorrhée ressemble au germe de la méningite. … d’où beaucoup de symptômes d’obnubilation. Nosode du « vide » chronique de Feu et de Shen de l’élément Coeur, au principe de l’identité.

.

.

Causalité : La souffrance existentielle du vieillissement / avec son déni !

« La mélancolie, le remords, la culpabilité et l’auto-accusation côtoient sans peine le côté rabelaisien et l’appétit de vivre » (C. Coulter).

.

Problématique : Les stéréotypes (pas de sens critique) et les préjugés !

Fermé à toute création, il vit sur ses acquis, en confondant les statuts et les rôles.

.

blank

.

Psyché : Sur la défensive, il cherche à occuper l’espace

C’est l’image travestie du courtisan : il arrive à ses fins par la manipulation de son entourage (égoïsme et cupidité), qu’il surveille avec suspicion !

.

blank

.

« Le Sycotique triomphant et suffisant est soupçonneux, méfiant, car il sait bien qu’il ne trompe personne, même pas lui-même avec son auto-déification » (Masi).

.

blank

.

« Fait tout à la hâte » (H.C Allen) : il veut être partout à la fois, mais s’il fait quelque chose, cela n’a ni organisation, ni méthode. Ne veut rien perdre … dans l’immobilisme (cf. de nombreux hommes politiques ?) !

.

Soma : « Patient intoxiqué, dont le métabolisme est empoisonné par un mal à l’évolution lente et chronique » (Hodiamont).

1 – infection (génitale) chronique —-> profusion des sécrétions au niveau du pôle poumon : catarrhes ORL incessants (Dulcamara), leucorrhées et affections cutanées pruriantes : eczéma, psoriasis, intertrigo … et transpiration fétide.

2 – rhumatismes : raideur douloureuse chronique des articulations, avec dérouillage (Rhus tox.), améliorés par l’humidité (Causticum), aggravés par l’orage : pelvispondylite (Aurum, Phytolacca), sciatiques, arthrites, tendinites, talalgies +, métatarsalgies ++ … « Il est rare que les rhumatisants n’en aient pas besoin comme remède réactif » (P. Schmidt).

3 – excroissances des tissus = polype du nez, des sinus, de la vessie, verrues pédiculées, épithélioma baso-cellulaire …

4 – anémie : asthénie et frilosité (froideurs localisées : bout du nez et des seins). Il mange peu, mais grossit (il faut qu’il se protège = hyper-structure).

Modalités : aggravé par temps sec et froid (Causticum), avant l’orage, le jour (les douleurs), la nuit (les symptômes mentaux)


Cybernétique : « Il cherche à se faire passer pour autre chose que ce qu’il est réellement » (G.Withoulkas), mais alors que Thuya occidentalis (na) est obsessionnel et lent, Medorrhinum est précipité.

.

blank

 

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils