Print Friendly, PDF & Email

Mycovital

.

Un laboratoire allemand spécialisé dans l’utilisation thérapeutique des champignons !

Cultivés durant 4 à 6 semaines sur bois de chêne + hêtre + millet + mais et séchés à 32°

.

.

Actuellement, on en connaît très peu sur les champignons. Néanmoins, jour après jour, nous leur découvrons de surprenantes propriétés. Ces organismes n’appartiennent à aucun des deux règnes animal et végétal mais cependant, en réunissent les caractéristiques les plus intéressantes.

Celui que nous dénommons champignon et qui pousse à l’automne dans nos forêts est la partie « florale » d’un organisme beaucoup plus grand qui se développe normalement sous terre. De fait, le vrai champignon est dénommé « mycélium » et est composé d’un enchevêtre- ment d’« hyphes ». Ces filaments organiques se développent à partir de spores qui « fructifient » à certaines époques de l’année. Cette fructification donne le corps du champignon qui produit des spores ou « graines » pour continuer le processus de reproduction. Sous ce rapport, les champignons sont semblables aux plantes : ils peuvent étendre leurs racines sous terre (mycélium) ou disperser leurs embryons ou graines à l’extérieur (champignon).

.

blank

.

On peut dire que les principales actions thérapeutiques des composés présents dans les champignons sont des tri-terpènes, des polysaccharides, des enzymes, de la chitine et des vitamines …

• Substances stimulantes et régulatrices du système immunitaire

Ces substances aident à maintenir le système immunitaire pour empêcher une réaction exagérée qui peut entraîner une attaque de la part des cellules immunitaires au tissu de l’organisme donnant lieu à des maladies auto-immunitaires et à des réactions allergiques.

• Substances bactéricides, fongicides et antivirales

Elles agissent directement sur les bactéries, les virus, les champignons et certains parasites.

• Substances antitumorales

Elles sont capables de combattre les cellules cancéreuses à travers différents mécanismes : induction de leur apoptose, inhibition de leur développement, effet anti-inflammatoire ou action anti-angiogénique.

• Substances qui combattent l’hypertension artérielle

À travers leur action diurétique qui agit sur le système rénine-angiotensine-aldostérone (RAAS) et leur activité vasodilatatrice et relaxante artérielle.

• Substances d’action antithrombotique

Elles inhibent l’agrégation plaquettaire, ce qui augmente la fluidité du sang et évite la formation de thrombus.

• Substances protectrices du foie

Elles protègent et régénèrent le tissu hépatique, inhibent la fibrose tissulaire et réduisent l’inflammation des hépatopathies chroniques (cirrhose).

• Substances antidiabétiques

Elles présentent un effet hypoglycémiant et activent la sécrétion de l’insuline des cellules bêta-pancréatiques (diabète de type I –DMID) ou bien vainquent la résistance cellulaire à l’insuline (diabète de type II – DNID).

• Substances adaptogènes

Les adaptogènes ont été définis originairement par Brekhman et Lazarev comme des composés qui modifient la réponse biologique au stress. Le stress produit certaines réactions dans l’organisme pouvant être résumés dans une importante sécrétion de cortisol et de catécho- lamines de la part des glandes surrénales. Cela provoque une cascade hormonale dont les effets physiologiques sont divers. Les trois plus im- portantes sont : la tachycardie, l’hyperglycémie et la dépression du système immunitaire. Les adaptogènes permettent au corps de s’adapter à cette nouvelle situation physiologique en équilibrant ou en retournant à la normalité le système nerveux, hormonal et immunitaire.

• Autres composés :

Composés anti-inflammatoires, stimulateurs de la régénération des cellules du système nerveux, protecteurs rénaux, substances d’effet hématopoïétique, molécules qui améliorent la libido ou qui augmentent la fertilité, etc.

.

Champignons disponibles et leurs indications  :

(14 unitaires / 26 complexes de deux) 

REISHI … détox foie et sang (le plus antioxydant), nerfs (sédatif), HTA, K

.

blank

POLYPORE … Problèmes lymphatiques, K

PLEUROTE … HTA (artériosclérose)

HERICIUM … Estomac et intestin

CORDYCEPS (2) … Reins, neuro-endocrinien

SHIITAKE … HTA et baisse du cholestérol

MAITAKE … Stéatose hépatique, diabète de type 2

AURICULARIA (champignon noir) … hypocoagulant

COPTRINUS (coprin) …

CORIOLUS … K hormono-dépendants

AGARICUS BLAZEI MULRLL (ABM) … Lymphomes

SHAGA (champignon finlandais cultivé sur le bouleau) … 

.

Bon de commande : MycoVital BDC France Pdf

Tel. +(33) 53 30 90 420 / + (41) 43 5507291

.

Article américain récent sur l’intérêt des champignons :

Les champignons pourraient-ils être la clé pour améliorer l’immunité?

 7 décembre 2021 

 

Les champignons, longtemps appréciés pour leurs propriétés médicinales, sont explorés comme outils pour renforcer l’immunité et combattre les virus, dont le SRAS-CoV-2. Le Dr Gordon Saxe, directeur de recherche aux Centers for Integrative Health de l’UC San Diego School of Medicine, est le chercheur principal de trois études évaluant si les champignons sont thérapeutiques pour traiter le COVID-19.

Au début de la pandémie, le Dr Andrew Shubov, directeur de la médecine intégrative pour patients hospitalisés au Centre de médecine Est-Ouest de l’UCLA, s’est dit frustré par le manque de traitements efficaces pour le COVID-19. « Les gens prenaient des médicaments de plus en plus toxiques et rien ne fonctionnait », a-t-il déclaré à JAMA.

Saxe, Shubov et leurs collègues pensent que les champignons et les herbes chinoises pourraient être la réponse, compte tenu de leurs fortes propriétés antivirales. Un type de champignon, l’agarikon, s’est également avéré précédemment inhiber deux types de grippe (H1N1 et H5N1) ainsi que l’herpès. Ces effets de renforcement immunitaire font partie de ce qui a poussé Saxe à choisir des champignons dans leurs études contre COVID-19.

Trois études en cours utilisant des champignons pour traiter le COVID-19

Mushrooms and Chinese Herbs for COVID-19, connu sous le nom de MACH-19, est une étude multicentrique dirigée par la faculté de médecine de l’Université de Californie à San Diego et l’UCLA. Leurs essais, qui recrutent toujours des sujets, impliquent des personnes testées positives pour le SRAS-CoV-2 et mises en quarantaine à domicile avec des symptômes légers à modérés.

Deux des trois études ont été approuvées par la Food and Drug Administration des États-Unis en tant qu’essais de sécurité clinique de phase 1 pour des composés expérimentaux destinés à traiter le COVID-19. Des détails supplémentaires sur l’essai suivent :

 

1. Produit à base de champignons pour COVID-19 — Se déroulant de décembre 2020 à décembre 2022, cette étude teste un mélange de champignons moitié agarikon et moitié queue de dinde sous forme de capsule.

2. Formule chinoise à base de plantes pour le COVID-19 — De juillet 2021 à décembre 2022, cette étude teste 21 herbes chinoises de Taïwan, connues sous le nom de Qing Fei Pai Du Tang, qui sont utilisées comme remède contre le COVID-19 en Chine.

3. ECR sur un produit naturel à base de champignons pour améliorer la réponse immunitaire à la vaccination contre le COVID-19 — Cet essai évalue si une capsule de champignons médicinaux, administrée au moment d’une injection de COVID-19, peut augmenter les anticorps.

Selon Saxe, « les champignons peuvent non seulement augmenter le nombre de ces anticorps, mais également renforcer l’immunité des lymphocytes T contre les cellules infectées par un virus. De plus, parce que les champignons se lient aux récepteurs des cellules immunitaires humaines, ils peuvent moduler notre immunité, en la renforçant d’une certaine manière et en la calmant d’une autre. Et cette propriété des champignons peut également réduire les effets secondaires liés au vaccin. » 6

Un quatrième essai pourrait également être bientôt lancé pour déterminer si les champignons médicinaux pourraient améliorer la réponse immunitaire aux injections de rappel de COVID-19. Les données d’innocuité des trois premiers essais sont attendues d’ici la fin de 2021, tandis que les données d’efficacité prendront encore un an. Saxe a dit :

« Nous espérons que ces traitements réduiront le besoin d’hospitalisation… Les champignons ont l’avantage de co-évoluer avec nous. Ainsi, les bactéries, virus et autres champignons s’attaquent aux champignons tout comme ils s’attaquent aux humains. Et les champignons ont développé des défenses exquises contre ces parasites, et nous pensons qu’ils peuvent nous les conférer lorsque nous les mangeons. »

 
Effets antiviraux et anti-inflammatoires impressionnants des champignons

Écrivant dans la revue Immunology, des chercheurs de l’hôpital universitaire d’Oslo en Norvège ont également souligné les effets thérapeutiques potentiels des champignons contre le COVID-19, en particulier l’inflammation pulmonaire sévère qui suit souvent l’infection. Ils ont examiné la crinière de lion (Hericium erinaceus), la poule des bois (Grifola frondose) et les champignons Basidiomycota Agaricus blazei Murill (AbM).

Un extrait des trois s’est avéré réduire considérablement les bactéries dans le sang et augmenter la survie chez les souris atteintes d’une septicémie à pneumocoques. Leurs effets anti-inflammatoires ont également conduit à des améliorations des symptômes et de la qualité de vie chez les patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin. En raison de leurs propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires, « de tels extraits de champignons pourraient avoir un effet prophylactique ou thérapeutique contre la surinfection pulmonaire et l’inflammation pulmonaire sévère qui complique souvent l’infection au COVID-19 », ont expliqué les chercheurs.

Les polysaccharides à longue chaîne, en particulier les molécules d’alpha et de bêta-glucane, sont principalement responsables de l’effet bénéfique des champignons sur votre système immunitaire. Dans une étude, l’ajout d’une ou deux portions de champignons shiitake séchés s’est avéré avoir un effet bénéfique et modulateur sur la fonction du système immunitaire.

Bien qu’il existe au moins 126 fonctions médicinales attribuées aux champignons, les polysaccharides ont reçu une attention particulière et ont fait l’objet de plusieurs études.

Selon l’International Journal of Medicinal Mushrooms, « [L]es plus importants pour la médecine moderne sont les polysaccharides dotés de propriétés antitumorales et immunostimulantes. Plusieurs des composés polysaccharidiques des champignons ont fait l’objet d’essais cliniques de phase I, II et III et sont largement et avec succès utilisés comme médicaments en Asie pour traiter divers cancers et autres maladies.

Le champignon chaga combat la grippe

Comme indiqué dans le Journal of Traditional and Complementary Medicine, plus de 14 000 espèces de champignons ont été identifiées (on pense qu’il en existe plus de 140 000), dont plus de 2 000 sont comestibles et/ou médicinales.

Certaines de ces espèces sont prometteuses pour agir comme antiviraux contre les virus de la grippe qui peuvent provoquer des pandémies. Les recherches du Centre de recherche d’État sur la virologie et le vecteur de biotechnologie en Russie, par exemple, ont identifié les champignons chaga (Inonotus obliquus) comme ayant la « plus large gamme d’activité antivirale » contre différents sous-types de virus de la grippe.

Chaga contient des polysaccharides qui ont des effets antiviraux et immunomodulateurs, et chez la souris, il s’est avéré efficace aussi bien que le médicament Tamiflu contre le virus de la grippe pandémique. 15 Au-delà de ses effets antiviraux, des études in vitro montrent que les champignons chaga ont une activité antibactérienne, immunostimulante et antitumorale, 16 et comme indiqué dans le Journal of Internal Medicine sont également anti-inflammatoires : 17

« Les champignons Chaga (poussant principalement sur l’écorce des bouleaux en Europe du Nord, en Sibérie, en Russie, en Corée, dans le Nord du Canada et en Alaska) possèdent un système enzymatique puissant et un système de défense puissant en raison de leur mode de vie parasitaire. Ils ont montré des résultats prometteurs dans l’atténuation des réponses inflammatoires qui ont été associées au COVID-19. »

Le Reishi pourrait aider à créer un « monde sans COVID »

.

blank

.

D’autres espèces de champignons ont également été célébrées pour leur potentiel anti-COVID-19, le reishi, également connu sous le nom de lingzhi, devenant un joueur exemplaire. Comme indiqué dans l’International Journal of Medicinal Mushrooms, les aliments fonctionnels et les nutraceutiques à base de champignons médicinaux ont du sens dans la lutte contre le COVID-19 :

« COVID-19 manifeste une multitude de maladies, dont certaines sont symptomatiques tandis que d’autres sont asymptomatiques. Parmi eux, la dérégulation immunologique (c’est-à-dire la tempête de cytokines) est la manifestation la plus notable de COVID-19. Ainsi, la modulation du système immunitaire affaibli est devenue le point central de la lutte contre le COVID-19.

L’immunomodulation est le processus de régulation qui maintient un système immunitaire équilibré : elle ne permet pas à toutes les cellules immunitaires d’être actives ensemble. À cet égard, les approches à base d’aliments et de nutraceutiques renforçant la défense immunitaire et modulant l’immunité compromise semblent appropriées comme défense contre COVID-19. »

Les champignons contiennent plusieurs immunomodulateurs, notamment des lectines, des protéines, des polysaccharides et des terpénoïdes, tandis qu’il existe plus de 400 composés bioactifs dans les champignons reishi seuls.

Les effets sont si forts que les chercheurs de la République populaire du Bangladesh pensent que des approches thérapeutiques à base de champignons pourraient être utilisées pour créer un «monde sans COVID». Ils ont expliqué :

« Bien que le mécanisme exact de l’effet anti-viral ne soit pas encore connu, une immunité globale renforcée semble appropriée. Cette amélioration peut se produire soit par stimulation immunitaire directe, soit par TRIM [immunité entraînée]. Ainsi, l’utilisation du β-D-glucane à la fois comme agent thérapeutique et prophylactique semble appropriée. »

Une forte immunité est la clé, les champignons aident

La construction d’une forte immunité a été décrite dans le Journal of Pharmacy and Biological Sciences comme une « arme majeure pour lutter contre le COVID-19 ». Les chercheurs ont énuméré de nombreuses approches sensées pour développer une forte immunité, allant du sommeil profond et de la méditation aux vitamines C et D, en passant par les champignons médicinaux :

«Les champignons médicinaux sont utilisés depuis l’Antiquité pour la prévention et le traitement des infections et des maladies infectieuses, différents types de champignons médicinaux ont été étudiés pour leur potentiel de renforcement de l’immunité. Plus de 270 espèces de champignons médicinaux sont connues pour avoir des propriétés immunitaires, quelques exemples incluent : le cordyceps, la crinière de lion, le maitake, le shaitake, le reishi et la queue de dinde sont bénéfiques pour la santé humaine.

En tant que l’un des constructeurs immunitaires les plus puissants de la nature, les champignons constituent également un aliment fonctionnel utile en période de bonne ou de mauvaise santé. En fait, les chercheurs de l’International Journal of Medicinal Mushrooms ont conseillé « des actions rapides dans la préparation d’aliments à base de champignons pour les personnes atteintes de COVID-19 » et ont demandé à l’Organisation mondiale de la santé de « diffuser une approche thérapeutique et préventive à base de champignons contre le SRAS-CoV-2. .  » Ils ont souligné que les champignons sont facilement accessibles et simples à distribuer en cas de besoin : 24

« Comme la préparation de la poudre de champignon est simple et ne nécessite pas de processus de manipulation et de conservation sophistiqués, la fourniture de poudre de champignon aux patients atteints de COVID-19 et de comorbidités dans différentes parties du monde serait également moins lourde pour les agences d’aide. »

Les champignons basidiomycètes, qui comprennent les champignons reishi, almong, pom-pom et maitake, sont traditionnellement consommés en Chine et au Japon pour la prévention du cancer en raison de leur capacité à modifier la réponse immunitaire et à fournir un soutien nutritionnel pendant la chimiothérapie.

Ces champignons sont également prometteurs en tant que remèdes prophylactiques et thérapeutiques pour COVID-19, ainsi que pour aider à freiner la réaction immunitaire excessive et l’inflammation, comme indiqué dans le Journal of Internal Medicine.

.

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils