Print Friendly, PDF & Email

La révélation d’un cancer …

.

Nous sommes en droit de nous demander « quand » ça pourrait nous arriver. Car plus de 400 000 nouveaux cas sont recensés en France par année et 160 000 décès… C’est près du tiers de tous les décès annuels en France. Chacun de nous se laisse aller à son imagination…

« Je m’en fiche, je vais vivre ma meilleure vie, refuser les traitements, et profiter du temps qu’il me reste ».
Ou au contraire : « Je vais mettre mes affaires en ordre et suivre à la lettre les consignes de mon oncologue. Et me préparer, qui sait, à faire mes adieux ».

En vérité personne ne sait ce qu’une telle nouvelle déclenchera chez lui, ce jour-là. Sauf vous madame, et vous monsieur, si vous l’avez vécu vous-même. Nous connaissons tous au moins une personne dans notre famille proche qui se bat contre un cancer.

.

L’écrivain russe Alexandre Soljenitsyne, qui avait survécu à l’enfer des camps, disait :

« Aujourd’hui, je ne me réjouis plus des bonnes nouvelles et je ne m’inquiète plus des mauvaises nouvelles ; j’attends de voir. »

.

Quand ce jour vous arrivera, je me permets de vous faire cette recommandation : considérez bien, pour espérer guérir, les outils de la médecine universitaire (qui vont s’attaquer à la tumeur) en même temps que ceux de la médecine naturelle (qui va renforcer votre terrain).

.

Certains jusqu’au-boutistes rejettent la chimiothérapie, l’hormonothérapie, la radiothérapie… De l’autre côté, des médecins orthodoxes ne croient pas aux thérapies du cancer par les plantes ou la psycho-oncologie. Ce sont des querelles absurdes. Face à une maladie aussi perverse que le cancer, personne ne connaît à l’avance les « bonnes » thérapies qui vont vous aider.

.

.

Ne pas en essayer plusieurs (conventionnelles comme alternatives) serait une perte de chances. Certains grands médecins français ont compris cela. Voici quelques points importants qu’il faut retenir :

  • Les chimiothérapies précédées par des jeûnes deviennent de plus en plus répandues, efficaces pour certains car leur faisant porter moins d’effets secondaires (nausées, fatigue…) ;
  • Il existe des cliniques où on soigne le cancer différemment avec des résultats étonnants, en pratiquant de la chimiothérapie, mais aussi en même temps des thérapies par les plantes ;
  • Au chapitre prévention, l’alimentation devient valorisée par nos autorités sanitaires elles-mêmes qui lui attribuent 20 à 25% des cancers actuels ;
  • Le renforcement de l’immunité, préventivement ou en accompagnement, est une des armes les plus prometteuses contre le cancer.

.

blank

Le BNS, qui n’est pas un examen de dépistage du cancer (il nous montre juste parfois l’inflammation vasculaire péri-tumorale), cependant, il nous renseigne:

1/ sur les insuffisances et fragilités qui ont fait le lit du cancer, pour pouvoir les compenser le plus spécifiquement possible

2/ après une thérapie lourde (radio ou chimio), il met en évidence les souffrances des tissus sains (immunodépression ?), ainsi que l’engorgement de certains émonctoires.

.

L’accompagnement par un praticien qualifié et humain nous semble indispensable pour surmonter ces moments difficiles et mettre en place les conditions d’un nouveau départ dans la vie .

.

Dr David Servan-Schreiber et son cancer

Connaissez-vous l’histoire du Dr David Servan-Schreiber et de son cancer ? 

Ce garçon était né, chance ou malchance, dans une famille bourrée de gens brillants, écrivains, philosophes, entrepreneurs, artistes…

Résultat : une intense pression sur ses épaules depuis son plus jeune âge. « David, tu dois réussir », à tout prix, comme tous les membres de la famille.

Et de fait, David enchaînait les études brillantes, diplômes, une carrière de chercheur en psychiatrie à l’Université de Pittsburgh aux Etats-Unis, le tout avec un stress maximum et l’impression permanente que ses exploits étaient « normaux » pour sa famille.

Si bien que le jour où il découvrit qu’il avait une tumeur au cerveau, il raconte avoir été soulagé. Enfin il avait une bonne excuse, vis-à-vis de lui-même comme des autres, pour quitter cette course sans fin au succès, qu’il suivait principalement par peur de décevoir son père et ses oncles !

Et c’est là que tout bascule :

En cessant de vivre pour satisfaire les attentes de sa famille, ou ce qu’il croyait être leurs attentes, enfin David fit ce qui lui plaisait vraiment.

Il se mit à explorer les thérapies alternatives du cancer, les liens mystérieux entre le corps et l’esprit, les phénomènes d’auto-guérison. Il survécut 20 ans avec un cancer qui aurait dû le tuer en quelques mois, selon les médecins. Il laissa derrière lui plusieurs livres merveilleux, ainsi que de nombreuses chroniques qui ont changé la vie de millions de patients.

Ironie du destin, c’est cette œuvre-là qui lui a assuré la célébrité et la reconnaissance tant valorisées dans sa famille. Il ne les aurait sans doute jamais acquises s’il était resté dans sa voie de chercheur, donc s’il n’avait jamais eu de cancer !

David avait réussi le prodige de transformer un ennemi en ami. Une maladie capable de le tuer en occasion de vivre sa vraie vie, enfin.

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils