Print Friendly, PDF & Email

Scutellaria galericulata

.

Le genre botanique Scutellaria comprend plus de 300 espèces de labiées qui poussent sous les climats tempérés et tropicaux du sud-est de l’Asie, et en Amérique du Nord en passant par l’Europe. Scutellaria galericulata est une herbacée dont la hauteur peut atteindre 50 cm, à feuilles lancéolées opposées et à fleurs bleues. Elle est fréquente sur les berges des cours d’eau et dans les zones humides.

.

.

NOM FRANCAIS : Scutellaire casquée, encore appelée Grande toque (Ang.: Skull cap)

.

PRINCIPES ACTIFS : HE et flavonoïdes qui inhibent l’enzyme prolyl oligopeptidase qui intervient dans diverses fonctions du système nerveux central. Ref.:  T. Ersoz, D. Tasdemir, I. Calis, C. M. Ireland. « Phenylethanoid glycosides from Scutellaria galericulata« . Turkish Journal of Chemistry, 2002, 26, 465–471

Une étude réalisée sur 43 personnes a conclu que 350 mg de scutellaire 3 fois par jour amélioraient l’humeur générale après deux semaines, et ce sans perte d’énergie, de vigilance ou de concentration.

.

INDICATIONS : tonique jusqu’à être psychostimulante, antispasmodique et astringeante (herpès). Utilisation ancienne pour lutter contre les accès palustres. La scutellaire fait partie de nombreuses préparations pharmaceutiques destinées à favoriser le sommeil, à calmer les crises d’hystérie et les convulsions épileptiques ou divers autres troubles neurologiques. On reconnaissait à la plante des vertus thérapeutiques tant pour le traitement des douleurs névralgiques que pour les troubles fonctionnels du système nerveux, y compris chez les enfants. La scutellaire et ses extraits n’induisent aucune somnolence tout en stimulant les performances cognitives

  • Infusion. Verser 250 ml d’eau bouillante sur 1 g à 2 g de scutellaire séchée. Laisser infuser pendant 3 à 5 minutes. Prendre 3 tasses par jour.
  • Capsules Prendre de 1 g à 2 g de scutellaire séchée, 3 fois par jour.
  • Extrait liquide (1:1 éthanol à 25 %). Prendre de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:2 éthanol à 35 %). Prendre de 2 ml à 5 ml, 3 fois par jour.

.

HOMEOPATHIE diathésique : remède du groupe de l’Iode (Kollitsch p. 70 – vent): Agitation, car il attend toujours quelque catastrophe : ne peut s’empêcher de marcher ou de courir. Impatiences dans les jambes, difficulté à fixer son attention, fait des cauchemars affreux (dépression sur fond obsessionnel). Migraines frontales et instabilité cardiaque.

.

PSYCHE (B.Vial) : « les dilemmes insolubles, situations sans issue » ?

.

Il est à présent assez difficile de l’obtenir autrement qu’en tisane : à l’herboristerie (Lausanne) ou sur le net = https://www.dutch-headshop.fr/scutellaire-casquee-coupe-50-grammes-scutellaria-galericulata

.

blank

.

Proches :

Scutellaria laterifolia

Labiée des USA et du Canada, était utilisée dans les rites de purification, lorsque les tabous sexuels avaient été enfreints, et actuellement comme sédatif nerveux. Les Amérindiens avaient connaissance de ses propriétés calmantes, sédatives et toniques du système nerveux. Une adaptogène avant l’heure… 

.

blank.

Scutellaria baicalensis

Plante des steppes arides, la scutellaire du Baïkal, aussi appelée « Huang Qin » dans la médecine traditionnelle chinoise est une plante assez méconnue en Occident, à tort. Anti-inflammatoire, anti-âge, tonique mais aussi tranquillisante, antivirale et antibactérienne, elle a tout pour devenir la nouvelle star des compléments alimentaires. Ces effets se perçoivent notamment sur le plan articulaire. La scutellaire du Baïkal soulage les arthrites et les arthroses, en particulier dans les hanches et les genoux, ce qui permet d’éviter l’usage trop intensif des antidouleurs classiques, aux effets secondaires cumulatifs dommageables.

Des vertus anti-cancer ?

Dans ce domaine aussi, les études se succèdent pour vérifier les propriétés de Scutellaria baicalensis, et elles ne se démentent pas. Dans toutes les lignées de cellules cancéreuses testées, la scutellaire inhibe fortement leur prolifération. Deux d’entre elles sont particulièrement sensibles : les cellules du cancer du sein et de la prostate. Des recherches plus ciblées ont également mis en lumière l’efficacité de SB  ̶  en soutien aux traitements classiques  ̶  sur le glioblastome multiforme, qui représente à ce jour la tumeur primitive du cerveau la plus fréquente et la plus agressive, puisque le taux de survie reste l’un des plus faibles parmi tous les cancers. Les études se poursuivent sur les nombreux flavonoïdes de Scutellaria baicalensis, isolés, combinés entre eux et associés aux thérapies classiques.

.

Attention. La scutellaire a la réputation d’être toxique pour le foie. Toutefois, les cas d’empoisonnement rapportés ont probablement été causés par d’autres plantes confondues ou mélangées avec la scutellaire, en particulier des germandrées (Teucrium chamaedrys et autres) qui, elles, sont effectivement toxiques.

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils