Urticaire

Print Friendly, PDF & Email

L’urticaire

« Erythème papuleux prurigineux« … renflements fugaces sur la peau (papules) accompagnés d’une rougeur cutanée, typiquement lié à une réaction de type 1 (cf. hypersensibilité immédiate de Gell et Coombs) avec activation IgE dépendante des mastocytes (exemple: urticaire de contact au latex, allergie à la pénicilline) = synthèse de cytokines, d’histamine, de prostaglandines, de protéoglycanes et de leucotriènes => vasodilatation et augmentation de la perméabilité capillaire, extravasation leucocytaire.

blank    Mais …

—> les urticaires ne sont pas toutes histaminiques … certaines urticaires peu sensibles aux anti-histaminiques sont améliorées par les antileucotriènes ou les immuno-suppresseurs. 


—> les urticaires ne sont pas toutes IgE dépendantes … beaucoup d’urticaires sont allergo-mimétiques, par réaction directe de l’aliment ou du médicament sur les mastocytes (exemples : piqûre d’ortie, fraises, crustacés, AINS …). 


—> il existe des urticaires allergiques par hypersensibilité de type 2 (avec auto-anticorps) ou de type 3 (par activation du complément) : vascularites urticariennes et même de type 4 (mastocytes présentateurs d’antigènes) !

.

Facteurs déclencheurs typiques de l’urticaire :

– Alimentaires: lait, œufs, arachides, poissons, fruits exotiques, céleri …

– Additifs alimentaires : colorants, arômes et conservateurs

– Venins d’insectes : abeilles, guêpes

– Médicaments : pénicilline, AINS, Sérothérapie

– Infections : bactéries et virus, parasites, vaccinations

– Facteurs physiques : froid, chaud, frottement, grattage, vibrations, efforts …

.

Cliniquement, on distingue :

  1. l’urticaire aiguë récidivant, de durée inférieure à 6 semaines,
  2. l’urticaire chronique persistant, de durée supérieure à 6 semaines, avec poussées quotidiennes.

blank

 Traitement étiologique :

– découvrir la substance anaphylactisante (ou cause parasitaire ?)
– éviter son contact à dose pondérale
– et la prescrire en dilutions croissantes (par exemple : 5/7/9/15/30 ch). 

 

blank

Dans les cas où les causes ne peuvent être mises en évidence ou s’il existe une pluri-sensibilisation, on utilisera le coffret « All.stop » de désensibilisation aspécifique (// aux remèdes plus spécifiques proposés par le BNS).

En urgence, on peut proposer = Histaminum (ge) ou Poumon-histamine 15 CH, au cours de l’accès
= un iso-thérapique urinaire post-prandial (vers 18h) en dilutions croissantes (6, 9, 12, 30 CH), si un allergène alimentaire est suspecté.

Les remèdes seront choisis en fonction de :

1/ La cause supposée :

au froid … Aconit nap . (s)
à l’humidité … Dulcamara (na)
à l’exposition solaire… Apis mel., Medusa (mg), Sol , Muriaticum acidum
(+ antioxydants crème et per-os pour diminuer la lucite)
à un médicament … Nux vomiva , Gardenal (ba)
à une indigestion… Antimonium crudum, Arsenicum album (viande),
Pulsatilla (avec diarrhée suite d’aliments gras)
à l’effort physique ou à l’émotion Natrum muriaticum
à l’humidité … Rhus toxicodendron (hg) « sur sa propre sueur ! »
à une sensibilité sérique ou transfusion … Serum equi (s), Medusa
à une sensibilité à l’alcool … Chloralum (ba)
à une contrariété : Natrum muriaticum, Ignatia amara (na)
Kalium bromatum ou Kalium carbonicum
Actaea racemosa (s) de l’adolescente

.

2/ Des signes concomitants :

céphalée + érythrocyanose Methysergide (= le « Désernil » du lab. Sandoz)
Urticaire cataménial : Folliculinum (9 CH 14ème jour du cycle), Bovista (mg) …
Urticaire et troubles rhumatismaux articulaires : Lycopodium, Ledum palustre (al)
Urticaire alterné avec rhume des foins ou asthme : Formica D6 + Triticum vulg . D12 + Vespa vulg . D6 (lab. Weleda)
Urticaire et autres manifestations alternantes, prescrire : Sulfur +++ ou Nux vomica

.

blank

3/ De la forme de l’éruption :

petits boutons prurigneux Homarus (s), Vespa crabo (hg)
urticaire des articulations … Bombyx (s)
urticaire géant … Erodium cicutarium (k) 1 DH (chaleur au sang)
pensez aussi à : Anarcadium (am), Astacus fluviatilis (s), Apis mel. (hg) …

.

4/ Selon les modalités (prescription téléphonique) : les applications locales qui soulagent ?

Apis mel. (hg) … urticaire amélioré par le froid
Urtica urens (hg)  aggravé par le froid et l’exercice, // à un poussée rhumatismale

 

Evolution : … et en cas d’échec = faites un BNS avec une évaluation des intolérances alimentaires ++

ou utilisez (si chronique) Psorinum ou les Tuberculines.
Envisagez aussi l’éventualité d’une parasitose ignorée (surtout si hyperéosinophilie ?).

Le traitement universitaire de l’urticaire chronique est uniquement symptomatique et suspensif : antihistaminiques anti-H1, puis antileucotriènes si insuffisant. En cas d’échec, ont été essayés : l’héparine (si les D-dimères sont élevées), le méthotrexate, la ciclosporine … et surtout évitez d’utiliser les corticoïdes et les sérocytols !

 

Phytothérapie traditionnelle : Fumaria off. 1D ou Plantago (ca) + Caladium (am) + Spiritus quercus glandium (al) aa 3X 10 gouttes/jour
Organothérapie : REIN , « clef de l’ urticaire » .. (ou : SOLIDAGO COMP. + COENZYME)
et cherchez une cause cachée sur le pôle Rate-pancréas
Sanguis (lab. Heel) : remède des « chaleur au sang ».
Oligo-éléments : Manganèse + Soufre

.

Lorsque nous interrogeons la banque de données des BNS, au chapitre « Urticaire », les plantes les plus souvent proposées par le calcul sont :

  1. Erodium cicutarium (k) 1 DH +++ clef des urticaires géants
  2. Calendula off. (hg) 1D … draineur de peau, blocage pôle Rate et non-contrôle du pôle Rein
  3. Staphysagria (na) 1D … les problèmes psychologiques sous-jacents ?

NB. Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

L’urticaire était déjà décrit pas le Nei Jing (en Chine, 500 ans avant JC: « Feng Yin Zhen« ) et par Hippocrate (en Grèce, 400 ans avant JC) qui l’appela « ortie ». Environ 20% des gens connaissent un épisode d’urticaire pendant sa vie. En MTC, on parle d’une « Eruption à la peau d’un « vent du Foie » (émotion ou alimentation ++) => « feu », que le Rein ne contrôle plus : Rate (pervers) –> Rein vide d’eau) –> Cœur (plénitude) –> Poumon (expression sur la peau) … Faire saigner les points TING de IG + C + MC + TR

NB. Le syndrome de Schnitzler (maladie rare) est caractérisé par une urticaire chronique, des poussées de fièvre (90% des cas) et/ou des douleurs articulaires (65% des cas). Plus rarement, on observe des ganglions et une hépato-splénomégalie. Il s’agit d’une gammapathie à IgM, bénigne à court terme. L’Anakinra (Kineret = immunosuppresseur de l’interleukine 1) ont montré une certaine efficacité.

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tous nos articles :

Bilan PNS12

Un rapport biologique & des recommandations thérapeutiques personnalisés grâce à vos analyses biologiques

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

Vessie hyperactive ?

Print Friendly, PDF & Email

Vessie hyperactive ? . Vous avez envie d’uriner, mais une envie somme toute modérée, maîtrisable ; et d’ailleurs vous rentrez chez vous tranquillement, en vitesse

En savoir plus »

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils