Un vaccin contre le Corona virus ?

L'impossible défi s'est transformé en une large course au marché du siècle pour des milliards de doses !

Un vaccin contre le Corona virus en 2020 ?

 

Tests de vaccins contre le Covid-19 :

  • Le 17 mars dernier, les autorités sanitaires chinoises ont autorisé le premier essai clinique pour tester un vaccin contre le Coronavirus. Le 20 mars, 108 volontaires ont reçu les premières injections et seront suivis pendant six mois.
  • Le 17 mars également, les États-Unis annonçaient le premier test d’un vaccin contre le Covid-19 à Seattle sur 45 adultes volontaires.
  • Selon le ministre israélien des Sciences et de la Technologie, Ofir Akunis, une équipe de scientifiques israéliens du MIGAL met actuellement au point un vaccin contre le coronavirus qui pourrait être prêt d’ici quelques semaines et disponible sous 90 jours !

 

Résumé :

  • Les laboratoires du monde entier se sont lancés dans une course de vitesse au vaccin contre le Covid-19, quitte à se passer des tests habituels chez les animaux.
  • Ces vaccins peuvent alors, dans certains cas, faciliter l’infection par le virus et entraîner une aggravation des symptômes !
  • Les sociétés manquent aussi de modèles animaux fiables pour tester leurs vaccins.
  • L’urgence et la pression sont tels que ces risques ne font pas le poids.

 

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue de gagner du terrain, les scientifiques du monde entier se sont lancés dans une course de vitesse au vaccin. Plus de 20 candidats possibles sont en cours de développement, dont un de l’Institut Pasteur qui a débuté des tests sur des souris le 11 mars dernier. sans doute le plus avancé est celui de la start-up « Moderna », organisé conjointement avec le NIH (National Institute of Health, équivalent américain de l’Inserm), qui a débuté des essais de phase 1 chez des volontaires le 16 mars 2020 (un essai démarré en un temps record, quelques semaines à peine après la mise à disposition du génome du Sars-Cov-2).

 

Normalement, obtenir un vaccin efficace, non toxique et utilisable prend entre 15 et 20 ans. Il faut d’abord mettre au point une formule possédant les prérequis chimiques et pharmaceutiques, mener des études d’immunogénicité chez l’animal, évaluer la toxicité du vaccin chez l’animal, puis chez l’Homme, et enfin, tester son efficacité à grande échelle.

Mais, devant l’urgence, la pression des gouvernements et des autorités sanitaires, certains appellent à accélérer les procédures. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dit mardi espérer un vaccin contre le nouveau coronavirus avant l’automne. Plus raisonnablement, Moderna promet que son vaccin sera prêt au mieux pour mi-2021.

 

blank

 

Mais brûler les étapes est-il souhaitable ? Un vaccin n’est pas un médicament anodin : il s’agit le plus souvent d’un virus désactivé ou affaibli, et peut dans certains cas aggraver la maladie qu’il est censé prévenir. Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine et qui a travaillé sur l’épidémie de Sras en 2003, a ainsi constaté que certains animaux vaccinés développaient des symptômes encore plus graves lorsqu’ils étaient exposés au virus en raison d’un affaiblissement du système immunitaire. C’est ce que l’on appelle une « facilitation de l’infection par des anticorps » (Antibody-dependant enhancement ou ADE en anglais). Classiquement, le virus initie le cycle d’infection en fixant des protéines de surfaces virales, semblables à des pointes, à des récepteurs de cellules cibles. Ce faisant, ces protéines induisent une réponse immunitaire où les anticorps de surface vont inhiber certains éléments de la cellule nécessaires au virus comme le site de liaison du récepteur ou le peptide de fusion. Or, dans certaines circonstances, ces anticorps vont au contraire se lier avec les pointes du virus et faciliter leur entrée dans la cellule, ou entraîner une réplication et une infection accrue !

 

« Il n’y a aucune raison de mettre des gens en danger dans une étude pour un vaccin sans efficacité », met en garde Karen Maschke, chercheuse au Centre Hastings, un groupe de réflexion non partisan, sur le site STAT. « Si, contre toute attente, ce projet précipité fonctionne, alors la société devra être encore plus attentive dans la surveillance et le suivi des personnes qui en bénéficient », renchérit Arthur Caplan, responsable de l’éthique médicale à la Grossman School of Medicine de l’université de New York. Des arguments qui ne semblent pas faire le poids devant la panique déclenchée par l’épidémie de Covid-19.

 

Ainsi, dans une réunion à huis clos, les responsables de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se sont mis d’accord pour autoriser les tests sur les humains avant que les résultats sur les animaux ne soient connus, rapporte un participant à Reuters. Les institutions sont, semble-t-il, prêtes à assumer un risque de quelques cas graves en échange d’un rapide vaccin qui ne sera, au mieux, pas disponible avant le pic de l’épidémie.

 

blank

 

Pour en rajouter une couche, le pr. D. Raoult a récemment déclaré qu’un tel vaccin n’avait pas de sens, car cette infection (famille des virus du rhume) n’était probablement pas immunisante !

Partagez:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tous nos articles :

Questionnaire de santé gratuit

Faites un point sur votre santé grâce à notre questionnaire en ligne de plus de 120 questions. Recevez un rapport personnalisé avec votre tendance de santé.

Medias sociaux

Infos sur la biologie fonctionnelle

Soyez toujours informé

Souscrivez à notre newsletter

Recevez les derniers articles et les dernières informations de notre site

Infos

Les derniers articles de Maladies et de conseils santé

La mucite

La mucite Ce terme désigne une complication buccale classique de la radiothérapie et/ou de la chimiothérapie, dans le traitement des cancers des voies aéro-digestives supérieures. Sa

En savoir plus »

Drépanocytose

  La drépanocytose   Maladie génétique qui s’est répandue en Afrique sub-saharienne, car les patients porteurs de cette tare sont moins sensibles au paludisme). La

En savoir plus »

Les intolérances alimentaires

   Les intolérances / allergies alimentaires Le tube digestif joue un rôle de « barrière perméable » : il laisse passer les nutriments (aliments digérés) permettant les apports nutritionnels

En savoir plus »

Urticaire

L’urticaire « Erythème papuleux prurigineux« … renflements fugaces sur la peau (papules) accompagnés d’une rougeur cutanée, typiquement lié à une réaction de type 1 (cf. hypersensibilité immédiate

En savoir plus »
blank
Souhaitez vous tout savoir sur les vaccins ?

Découvrez la video explicative du Dr Henry sur l’origine, leurs intérêts mais aussi leurs risques

blank
Avez-vous été en contact avec le Covid-19 ? Découvrez notre test sérologique de vos anticorps 100% fiable et précis

Découvrez la médecine fonctionnelle

Souhaitez-vous faire un point sur votre santé ? 

Nous vous offrons une consultation gratuite avec Aline, notre experte naturopathe. Inscrivez vous simplement en cliquant à droite

Inscrivez vous à notre newsletter !

Vous appréciez les articles de notre site ?

Vous vous intéressez à la santé naturelle et à la médecine fonctionnelle ?

Laissez nous votre email pour recevoir toutes les semaines des articles, des infos et des conseils